Jeudi 14 mai 4 14 /05 /Mai 15:06
J’ai 20 ans, dans le salon, des étrangers sont venus nous rendre visite. D’ici quelques jours inshallah je serais mariée, j’espère que je vais lui plaire.
J’ai 20 ans, je fais mes bagages pour aller vivre avec lui, il a trouvé un travail en France.

Algérie mon pays, tu vas me manquer.

J’ai 20 ans et je prépare un thé car il va rentrer du travail, je l’ai attendu toute la journée car je me sens un peu seule dans cette pièce.

J’ai 21 ans, elle fait ses premiers pas et nous sommes fiers de vêtir nos plus beaux vêtements pour poser devant le photographe.

J’ai 22 ans et je prépare 2 biberons, il s’appellera Salah, comme mon papa.

J’ai 23 ans, je connais par cœur cette cuisine, tous les jours je prépare à manger pour nos 3 enfants et mon mari. Je le fais avec amour, même si parfois je suis débordée, alors je n’ai jamais le temps de sortir.

J’ai 25 ans et j’aime mes 4 enfants.

J’ai 30 ans, nous avons trouvé une petite maison pour nous et nos 7 enfants.

Tous les matins je me lève tôt, je dois être parfaite lorsqu’ils prennent leur petits déjeuners. Je veux que mes enfants travaillent bien à l’école, c’est pourquoi tous les matins je prépare leur sac avec amour même si parfois j’appréhende la journée car je vais être seule.

Tous les matins la cafetière siffle, je lui prépare son thermos.

J’ai 40 ans, je prépare toujours le thermos de café.

J’ai 40 ans et des étrangers sont venus nous rendre visite. D’ici quelques jours, elle sera mariée, j’espère qu’elle va lui plaire. Elle a 20 ans, elle fait ses bagages pour aller vivre avec lui.

J’ai 50 ans, je connais les moindres recoins et bruits de cette maison, elle est vide sans eux.

J’ai 50 ans... mes cheveux prennent une couleur cendrée, des rides se dessinent sur mon visage, lorsque je souris dans le miroir, j’ai changé. A 20 ans, j’étais brune et ma peau était aussi douce que la pêche.

J’ai 60 ans, cela fait 40 ans que je me lève à 7h00. 40 ans que je fais le ménage, 40 ans que je pense à mes enfants. Je suis heureuse, ils sont grands maintenant.

Maintenant, à 65 ans, je tricote la journée, car ils sont grands maintenant. Je tricote car mon dos s’est courbé et il me fait mal parfois. Et puis je n’ai qu’une envie, rester sous la couette devant la télévision, un chocolat chaud qui fume. J’ai souvent froid maintenant.

Le téléphone est proche de moi, mon cœur bats la chamade lorsqu’il sonne !!! Je suis heureuse de parler à mes petits-enfants.

 

Vous comprenez pourquoi :

Quand je hurle en m’exprimant, c’est pour qu’ils m’entendent. Ils ont tellement l’habitude de me voir dans la cuisine, que je suis devenue comme la télévision : un bruit de fond.

Quand elle sort avec ses copines, au bout de 5 minutes je l’appelle, c’est parce qu’elle me manque déjà, elle pense que je ne la laisse pas vivre.

Quand je la gronde lorsqu’elle ne m’a pas prévenue qu’elle aurait du retard, pourtant chaque seconde je me suis inquiétée, pensant au pire malheurs, en vérité c’est parce que je l’aime.

Quand je baisse la tête lorsque ma fille me dit : « Mais tu comprends jamais rien. » J’ai juste envie de lui dire que je l’aime.

 

Vous vous souvenez, j’avais 20 ans...

 

« Ton Seigneur en a décidé ainsi : Que vous n’adoriez que Lui et de traiter les deux géniteurs avec bienveillance. Si l’un d’eux ou tous deux atteignent chez toi la vieillesse, ne leur dis pas « ouf », ne leur réponds pas avec brutalité et tiens-leur un langage généreux.
Baisse pour eux l’aile de l’humilité par miséricorde et dis : « Seigneur ! Aie-les en Ta clémence comme ils m’ont élevé enfant. »
 »
Sourate 17, Al-Isra (Le voyage nocturne), versets 23-24

 

Ô Allah ! Aide nous à combattre les tentations de ce bas-monde et Donne nous la crainte de ne jamais blesser nos géniteurs,

Pardonne-nous de l’ingratitude et de notre mauvais comportement envers nos pères et mères,

Adoucit nos coeurs afin que nous leur tenons un langage comme tu voudrais que nous leur tenons,

Amine


 

Nora H.

aslim taslam
Par Bouchra & Samir - Publié dans : Rappels
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 8 mars 7 08 /03 /Mars 19:21


Le sujet aujourd’hui concernera en premier lieu le mérite de l’obéissance aux parents et le deuxième point bien sûr, sera les devoirs des parents envers leurs enfants.

Le prophète nous a parlé dans plusieurs hadiths, ainsi que Allah dans plusieurs Versets du Coran, de l’importance de l’obéissance aux parents.

Le prophète dit dans un hadith authentique qu’est en perdition totale celui qui a ses parents en vie et qui ne profite pas de cette occasion pour être pardonné par Allah .

La deuxième chose c’est que l’obéissance aux parents est une source de bien. Allah supprime les malheurs grâce à cette obéissance. Vous connaissez tous l’histoire des trois personnes qui étaient coincées dans une grotte. Parmi elles il y en avait une qui obéissait à ses parents et qui se comportait bien avec ses parents. Et grâce à cette obéissance, Allah les a libérés en partie de cette grotte.  Qui est-ce qui, parmi nous, embrasse les pieds de sa maman, là où réside le paradis comme l’a dit le prophète ?
 

Cette obéissance ou cette désobéissance c’est la porte de cette déchirure des familles musulmanes aujourd’hui.

Un homme vint chez le Messager d’Allah et lui dit :

" Ô Messager d’Allah ! Quel est celui qui mérite le plus que je lui tienne compagnie ? ”. Il dit : “ Ta mère ”. Il dit : “ Et qui encore ? ” - il dit : “ Ta mère ”. Il répéta : “ Et qui encore ? ”, il dit : “ Ta mère ”. Il répéta de nouveau : “Et qui encore ?”, il dit: “ Ton père ”." [ Rapporté par Al Boukhari et Mouslim ]

Donc il faut bien obéir aux parents tant qu’ils ne vous demandent pas de désobéir à Allah .

J’insiste aussi sur un point très important qui concerne ceux qui sont convertis à l’islam et dont les parents ne sont

pas convertis : l’islam vous demande tout de même d’avoir un très bon comportement envers vos parents qu’ils soient musulmans ou non, alors il ne faut pas les négliger.

Il ne faut pas penser que parce que tu es converti et pas eux tu dois les ignorer. Non ! Il faut toujours avoir un bon  comportement envers eux.

Il faut les soutenir, les aider, tant qu’ils ne te demandent pas de désobéir à Allah .

 

Je vais passer au point suivant qui est vraiment un point très important.

Ce point c’est le fait qu’il y ait des devoirs et des droits.

Nous allons parler des devoirs et là j’adresse la parole aux parents. Je vais dire quelque chose de très important et il y en a qui ne vont pas l’aimer, mais il faut dire les choses clairement, il faut dire la vérité. Vous voyez bien l’état dans lequel on vit aujourd’hui ? Vous voyez bien la relation enfants / parents ?

On a insisté auprès des jeunes pour l’obéissance aux parents mais qu’en est-il des parents ?  Quel est le comportement du père ou de la mère envers son enfant ? Quel est ton devoir envers ton fils et quel est ton devoir envers ta fille ?

Que vas-tu dire à Allah le jour où ta fille ou ton fils va venir devant Allah et dire : « C’est mon père qui n’a pas fait son devoir.»

Que diras-tu de cette négligence ?

Et le problème c’est qu’on le voit chaque jour et d’ailleurs les responsables viennent de recevoir une plainte de la part des enseignants des lycées, collèges, des écoles primaires dans cette ville.

Et quel est le problème ?

C’est qu’il n’y a pas de suivi. Les parents ne suivent pas leurs enfants.

Chacun d’entre vous est berger et chaque berger est responsable de son troupeau. Tu es responsable de tes enfants, tu es responsable de ta famille et tu auras des comptes à rendre à Allah .

Je vous donne deux exemples :

Le premier exemple concerne le mariage : il y a des parents qui mettent des barrières contre le mariage de leurs enfants. Il y a des pères et des mères qui interdisent à leur fils de se marier avec telle ou elle personne pas pour une cause religieuse mais pour une cause de nationalisme. Et ça c’est un grand problème que l’on est en train de vivre.

Je le dis à haute voix et je sais qu’il y en a qui ne vont pas accepter les paroles suivantes : si tu mets des obstacles au mariage de ton fils ou de ta fille pour une raison qui n’est pas une raison religieuse et bien saches que tu auras des comptes à rendre si ton fils ou ta fille dévie du droit chemin et commet « az-zina » (la fornication).

Il faut s’éloigner de ces nationalismes, la meilleure personne entre vous pour Allah c’est la personne pieuse, c'est celui qui a la piété, c’est celui qui a "al-imane" (la foi). Le prophète nous a appris, nous a montré que la différence entre nous c’est par "al-imane", ce n’est pas par la couleur.

Le deuxième exemple c’est la responsabilité des parents envers les enfants jeunes, combien de parents ici présents et combien de mères ici présentes vont chaque semaine demander un compte rendu sur leur enfants à l’école ? Combien d’entre nous font un compte rendu même une fois par mois pour voir quels sont les amis de mon enfant, comment est-il à l’école...

Il y a un père qui a été cherché son enfant à l’école maternelle et demande à la maîtresse pour récupérer sa fille. La maîtresse lui répond que sa fille n’est plus là, elle est en primaire !

Qu’est-ce que c’est que ces hommes ?... Et on veut avoir des jeunes qui vont faire avancer les choses ? Le père ignore à quel niveau est sa fille ! Il ignore dans quelle école, quel collège, qui sont ses amis…

On voit des jeunes qui achètent des vêtements à 1000€, des chaussures à 700 €, il ne travaille pas et son père ne lui a pas donné d’argent et quand il rentre avec ça à la maison son père ne lui pose même pas la question pour savoir où il a eu ça.

Qu’est-ce que tu vas dire à Allah si ton enfant a volé cet argent ou vendu de la drogue…

Mes frères en islam, essayons de faire l’effort pour nos enfants parce que l’on aura des comptes à rendre.

Il faut créer cette relation entre parents-enfants.

Il y a des parents qui n’ont jamais embrassé leurs enfants, ils n’ont jamais pris leur enfant dans leur bras.

Pourquoi ?! Il faut que l’on crée cette relation.

Il faut faire changer les mentalités.

Chers frères, le but du sermon de vendredi c’est que l’on sorte après la prière avec l’intention de pratiquer ce que l’on a entendu. La dernière fois on a parlé de l’obéissance aux parents, est-ce qu’il y a un jeune qui a pratiqué cette obéissance en sortant ?

Aujourd’hui on a parlé de l’importance des devoirs des parents envers leur enfant et je demande à Allah que l’on pratique ce que l’on a entendu et que l’on soit à jour avec nos enfants.

 

Qu'Allah facilite à chacun de nous l'application de ses devoirs.

 

Par le frère Abou Said

sajidine

Par Bouchra & Samir - Publié dans : Femina/famille
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Mardi 10 février 2 10 /02 /Fév 16:30

Au Nom de Dieu, Le Tout Miséricordieux, Le Très Miséricordieux

 

Louange à Dieu, Seigneur des mondes. Prière et paix sur notre Prophète Mouhammad.

Le Messager de Dieu a dit : « Il y a deux bienfaits dont sont dupes beaucoup de gens : la santé et le temps libre. » (Boukhârî)
Lorsqu’une personne est en bonne santé, elle peut faire ce que Dieu lui ordonne et laisser ce que Dieu lui a interdit car son corps est sain, elle est de bonne humeur et a le cœur tranquille. De même, lorsqu’elle a un endroit pour vivre et des provisions suffisantes, elle a donc du temps libre.

Lorsque l’on possède la santé et du temps libre, on se fait souvent du tort par rapport à cela. En effet, on perd alors beaucoup de notre temps dans des choses inutiles. L’homme se rendra compte de cette erreur au moment de sa mort et au Jour du Jugement. Dieu Le Très Haut dit : 

« Ô vous qui avez cru ! Que ni vos biens ni vos enfants ne vous distraient du rappel de Dieu. Et quiconque fait cela... alors ceux-là sont les perdants.
Et dépensez de ce que Nous vous avons octroyé avant que la mort ne vienne à l’un de vous et qu’il dise alors : "Seigneur ! Si seulement Tu m’accordais un court délai : je ferais l’aumône et je serais parmi les gens de bien".
Dieu n’accorde jamais de délai à une âme dont le terme est arrivé. Et Dieu est Parfaitement Connaisseur de ce que vous faites.
 »
Sourate 63, al Mounâfiquoun (les Hypocrites), versets 9-11

Parfois l’homme perd ces bienfaits durant sa vie ; il tombe malade, n’arrive pas à faire ce que Dieu a rendu obligatoire (comme le jeûne par exemple), a le cœur serré, il est de mauvaise humeur et se fatigue. Il peut être également très occupé à gagner sa vie et avoir donc moins de temps pour d’autres bonnes actions.1
C’est pourquoi l’homme raisonnable doit profiter de la santé et du temps libre pour obéir à Dieu Le Très Haut autant qu’il le peut. Il peut lire le Coran, se rappeler Dieu, ordonner le bien et interdire le mal,
aider ses frères etc. (Les portes du bien sont nombreuses et variées)

Les bienfaits de Dieu sont nombreux et différents, certains sont plus grands que d’autres.
Le plus grand bienfait que Dieu accorde au serviteur c’est l’islam. Dieu, qu’Il soit exalté dit : 

« [...] Aujourd’hui J’ai parachevé pour vous votre religion et accompli sur vous Mon bienfait et J’agrée l’Islam comme religion pour vous [...] »
Sourate 5, al Mâ idah (La table servie), verset 3

On peut citer comme autres bienfait la raison, le fait de vivre lorsque en sécurité, la nourriture... Il est impossible de citer tous les bienfaits que Dieu nous accorde car ils sont innombrables mais on ne doit pas oublier de Le remercier pour cela. Dieu nous dit : 

« Et lorsque ton Seigneur proclama : "Si vous êtes reconnaissants, très certainement J’augmenterai (Mes bienfaits) pour vous [... »
Sourate 14, Ibrahim (Abraham), verset 7

Que Dieu Le Tout Puissant nous aide à bien profiter de notre santé, de notre temps libre dans les choses qu’Il aime. Qu’Il nous aide également à toujours Le remercier. Amine. Prière et paix sur notre Prophète bien-aimé Mouhammad.

Louange à Dieu, Seigneur des mondes.


Référence : Explication des Jardins des vertueux de l’imam Nawawi, Mouhammad ibn Salih al ’Othaïmine


auteur: Imane P.  aslim-taslam
Par Bouchra & Samir - Publié dans : hadiths
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Lundi 19 janvier 1 19 /01 /Jan 18:40
Les Palestiniens refusent de céder face aux crimes de guerre flagrants commis par Israël, écrit Saleh Al-Naami depuis Gaza.

Un panache de fumée s’élève après une frappe aérienne israélienne (photo/AFP)


Dans une interview publiée en hébreu, dans l’édition en ligne de Yediot Aharonot , le colonel israélien Mikey Sharbit a évoqué la résistance "féroce" rencontrée par l’armée d’occupation israélienne à Gaza. Parlant depuis son lit d’hôpital après avoir été blessé dans la partie nord de la bande, Sharbit - commandant d’artillerie pendant la guerre de 2006 au Liban - a dénoncé les médias israéliens qui passent sous silence la compétence des combattants du Hamas et la nature du terrain sur lequel l’armée israélienne a dû opérer les deux semaines précédentes.

Selon lui « C’est une guerre de fantômes » « Nous ne voyons pas les combattants... On dirait qu’ils sortent de terre. Nous nous déplaçons à la surface avec l’impression qu’en dessous il y a une ville de fantômes qui se déplacent également ».

Cette déclaration montre l’écart entre ce que disent les dirigeants politiques israéliens et ce que vivent les commandants militaires depuis le début de la guerre, le 27 décembre. Selon l’armée, les brigades Ezzeddin Al-Qassam n’ont pas été touchées et elles restent capables de poursuivre la bataille pendant un avenir prévisible. Sur le deuxième canal israélien, même Rony Daneyl, commentateur militaire partisan de la guerre, a dit aux téléspectateurs cette semaine que l’armée lui interdit de mentionner les problèmes qu’elle a rencontrés sur le terrain et qui l’ont empêchée d’avancer pendant près de trois semaines après le début de la guerre malgré les centaines de tonnes de missiles déversées par la force aérienne israélienne sur les Palestiniens.

Ces commentaires s’inscrivent dans le contexte des preuves de plus en plus évidentes quant à l’emploi ordinaire par Israël d’armes interdites par les traités internationaux. Hassan Ashour, directeur du plus grand hôpital de la bande, Dar Al-Shifa, est horrifié. Il a parlé à Al-Ahram Weekly des blessures et des plaies « absolument inhabituelles » constatées sur les cadavres et les blessées arrivant à l’hôpital. Ashour cite Mads Gilbert, un médecin norvégien qui a travaillé en Irak après l’invasion étasunienne et qui est venu donner un coup de main à Al-Shifa une semaine auparavant.

« Le médecin nous a dit que ce qu’il a vu sur le corps des Palestiniens arrivant à l’hôpital lui rappelait les produits chimiques utilisés par l’armée étasunienne contre les Irakiens en 2003 ».

Des sources médicales palestiniennes ont dit au Weekly qu’Israël utilise à l’évidence du phosphore blanc lors de frappes contre les zones très peuplées de Gaza. Plusieurs corps fortement déformés et les « os calcinés » montrent l’utilisation de phosphore blanc. Les groupes internationaux de défense des droits humains en Israël, notamment Human Rights Watch et Amnesty International confirment ces accusations.

Alors que l’armée d’occupation israélienne poursuit sa guerre contre Gaza pour la quatrième semaine, elle n’a pas remporté de succès militaires significatifs et elle a encore moins réussi à détruire le Hamas. Elle continue à se venger sur d’innocents civils.

Jeudi dernier, un drone israélien a tiré un missile sur deux garçons de quinze ans, Mohamed Elian et Siyah Abu Soweirah, qui jouaient au football dans le camp de réfugiés de Al-Nasseryat dans la partie centrale de la Bande. La tête de Mohammed a été arrachée de son corps et le crâne de Siyah a été fendu en deux tandis que son cerveau se répandait sur le sol. Après cette attaque, l’armée israélienne a prétendu qu’elle avait « liquidé » deux combattants du Hamas. De telles affirmations cyniques n’ont rien de nouveau.

D’après les sources médicales palestiniennes, sur les 1000 Palestiniens tués jusqu’ici 80 % sont des civils dont 35 % des enfants.

Israël affirme que treize soldats sont morts pendant l’offensive terrestre, mais le Hamas prétend que le chiffre beaucoup plus élevé.

Pendant ce temps, l’élite politique israélienne prend de plus en plus conscience de la futilité d’une campagne militaire qui est restée très éloignée de son objectif d’éradiquer le Hamas. Les arguments font désormais rage pour avoir recours à des mesures encore pires pour en terminer rapidement avec la guerre.

L’ex vice-premier ministre israélien, Avigdor Leiberman, chef du parti Yisrael Beiteinu (Israël est notre maison), a déclaré mardi qu’Israël devait traiter le Hamas de la façon dont les États-Unis avaient traité leJapon pendant la Seconde Guerre mondiale, quand étaient tombées des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Leiberman, qui s’exprimait devant des étudiants de l’Université Bar Illan, a déclaré : « c’est la seule solution et nous n’aurons pas besoin de réoccuper Gaza ».

Ce genre de discours a été critiqué par des commentateurs israéliens, tels que Aureet Dghani du journal Maariv. La guerre contre la bande de Gaza, écrit-elle, montre que la société israélienne ne connaît que le langage de la guerre. Les Israéliens se précipitent dans la guerre parce qu’ils « haissent la paix et croient que la force est la seule solution pour atteindre les objectifs. La guerre ... courre dans nos veines, nous avons déclenché une guerre deux ans et demi après la dernière dans laquelle nous nous étions précipités. Comment Israël peut-il prétendre qu’il représente une société pacifique ? » a-t-elle encore questionné.

De frénétiques initiatives diplomatiques sont en cours pour tenter d’arrêter le bain de sang. Les discussions des Égyptiens avec le Hamas ne semblent pas encore permettre une percée après que le Hamas, avec plusieurs factions palestiniennes, ait exprimé de sérieuses réserves sur le texte initial de l’initiative.

Les négociateurs égyptiens préparaient des modifications dans le document en discussion pour tenir compte des exigences du Hamas.

Le Hamas, le Jihad islamique et le Front populaire de Libération de la Palestine ont à l’origine déclaré que les termes du document proposé auraient pour effet de mettre fin de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne. En particulier, les réserves du Hamas et d’autres factions de la résistance concernent la nature et le mandat de la présence internationale d’interposition prévue dans la bande de Gaza selon le texte original de l’initiative.

En outre, le Hamas et les factions sont plus que réservés à l’égard des 10 à 15 années de trêve que l’Égypte espère imposer. Particulièrement inquiétant pour le Hamas est le fait que la fin du blocus imposé à Gaza n’est pas liée à la conclusion de l’accord, mais reste dans l’attente « de discussions ultérieures ».

Mercredi, le porte-parole du Hamas, Oussama Hemdan a déclaré depuis Beyrouth qu’il y avait eu « quelques progrès » après que le côté égyptien ait tenté de tenir compte des réserves du Hamas.

« La seule sortie de conflit pour nous », a déclaré Hemdan, « est une cessation des hostilités israéliennes, le retrait israélien de Gaza, la fin du blocus et l’ouverture des frontières », a-t-il déclaré à Al-Jazeera.

Walid Al-Modalal, un Palestinien professeur de sciences politiques, a déclaré à Al Ahram que les propositions diplomatiques de cessez-le-feu visent « à priver le Hamas de tout gain politique une fois la guerre finie ». les parties palestiniennes, arabes et occidentales qui refusent le contrôle du Hamas sur la bande de Gaza, a-t-il poursuivi, « ont parié sur la capacité d’Israël de chasser le Hamas du pouvoir une fois la guerre commencée ».

« Maintenant que le Hamas a montré sa capacité à résister et se maintenir, ces mêmes parties veulent nier à cette organisation son influence sur le peuple palestinien. En faisant pression sur le Hamas pour qu’il accepte un cessez-le-feu sans gains, ils veulent affaiblir la position de ce mouvement vis à vis du peuple palestinien et démontrer à celui-ci qu’il aurait payé un prix énorme pour rien. »

Les Etats arabes sont fortement divisés à propos de la situation à Gaza. Le Qatar a demandé mardi que soit convoqué un sommet arabe d’urgence qui se tiendrait à Doha vendredi prochain. Jusqu’à présent, 14 Etats arabes ont accepté d’y participer même si ceux du Caire et de Riyad ont annoncé leur refus, préférant assister à un sommet consultatif économique au Koweït dimanche prochain. L’absence de l’Égypte et l’Arabie Saoudite jette une ombre sur les résultats attendus du sommet de Doha.

info-palestine.net


Par Bouchra & Samir - Publié dans : ***SOS GAZA***
Ecrire un commentaire - Voir les 3 commentaires
Dimanche 4 janvier 7 04 /01 /Jan 22:22
Par Bouchra & Samir - Publié dans : ***SOS GAZA***
Ecrire un commentaire - Voir les 9 commentaires

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Culture
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Partager ce blog
  • Retour à la page d'accueil
  • Contact

Calendrier

Octobre 2014
L M M J V S D
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    
<< < > >>

Derniers Commentaires

Créer un Blog

Recherche

Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés