Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 octobre 2005 7 23 /10 /octobre /2005 00:00

Abou Houreyra (que Dieu soit satisfait de lui) rapporte : Anas (que Dieu soit satisfait de lui) rapporte :
« [...] J’ai effectivement servi le Messager de Dieu saws durant dix années et jamais il ne m’a dit « Ouf ! » (En signe d’impatience et de réprobation). Jamais il ne m’a dit pour quelque chose que j’avais faite - « Pourquoi l’as-tu faite ? » - ni pour quelque chose que je n’avais pas faite, « Que ne l’aies-tu faite ? »
(Hadith unanimement reconnu authentique)

Nous voyons à travers ce hadith encore un exemple de comportement admirable du Saint Prophète de l’Islam saws et nous constatons à quel point il était doux et aimable envers son entourage.
Nous devons réellement nous inspirer de ce comportement car nombre d’entre nous ne cesse d’utiliser leur langue pour se plaindre, pour reprocher et pour disputer autrui, sans réelle nécessité et de manière déplacée.
A l’heure actuelle, les adolescents sont caractérisés par leurs états d’âme impulsifs, la révolte de tout ce qui les entoure, jusqu’au non respect de leurs parents, leurs géniteurs qui n’ont de cesse de veiller à la satisfaction de leurs besoins. Allah nous met en garde :

« Ton Seigneur en a décidé ainsi : Que vous n’adoriez que Lui et de traiter les deux géniteurs avec bienveillance. Si l’un d’eux ou tous deux atteignent chez toi la vieillesse, ne leur dit pas « Ouf », ne leur réponds pas avec brutalité et tiens-leur un langage généreux. Baisse pour eux l’aile de l’humilité par miséricorde et dit : « Seigneur ! Aie-les en Ta clémence comme ils m’ont élevé enfant. »
Sourate 17, Al Israh (Le voyage nocturne), versets 23 et 24

Ces mêmes adolescents sont parodiés, à juste titre, par leur fréquence à dire « J’en ai marre ! » et au fil de l’évolution de l’âge, les personnes âgées sont caractérisées pour être des personnes jamais satisfaites, bougonneuses, etc.
Entre l’adolescence et la vieillesse, l’homme étant dans « la pleine force de l’âge », nombreuses sont les occasions qu’il a eu de reprocher à tout va ce qui lui déplait : en couple, envers les enfants, au travail et dans la vie sociale, les occasions ne manquent pas !
Il est néanmoins important de nuancer. Il est du rôle du musulman de donner de bons conseils à son entourage, d’encourager à faire le bien, interdire le mal et éduquer ceux qui l’entourent. Le Prophète saws était guidé par la Lumière de Son Seigneur quand il dénonçait le mal et corrigeait les erreurs sans faire de compromis. Il n’avait pas le droit de laisser traîner des erreurs et il devait justifier de leur valeur auprès de ceux qui les commettaient en temps voulu.
Ce dont il est question ici sont les critiques déplacées, les reproches infondés et permanents, les signes d’impatience que l’on montre envers autrui, bien souvent envers ses proches.

Quand on corrige les erreurs des autres, il est primordial d’avoir pour intention de gagner le plaisir d’Allah, et surtout de ne pas démontrer de la supériorité envers celui ou celle que l’on corrige, ni d’en profiter par moments de colère, ni d’impressionner les autres. Il faut noter à ce sujet que quand le Prophète saws faisait des remarques à ses Compagnons, il avait un impact positif et non négatif sur eux. Ils étaient anxieux et soucieux de plaire dans leur comportement au Prophète saws. C’est pourquoi ils observaient constamment le comportement du Prophète saws. C’est ce à quoi nous devons nous attacher. Nous nous rendons compte que cet homme qu’Allah a élu comme étant Son Messager ne se permettait pas de s’impatienter, ni de critiquer, ne serait-ce l’homme qui l’a servit pendant dix ans.
Il saws nous enseigne ces règles :
« Ne soyez pas envieux les uns des autres. Ne truquez point les enchères. Ne vous détestez pas et ne vous tournez pas le dos les uns aux autres. Ne faites pas de surenchère et soyez - ô esclaves de Dieu ! - frères. Le Musulman est le frère du Musulman. Il ne le fait pas d’injustice, ne le méprise pas et ne lui refuse pas son secours ; la piété est ici (en désignant sa poitrine trois fois de suite). Il suffit à quelqu’un, pour être mauvais, de mépriser son frère Musulman. Tout Musulman est sacré pour tout autre Musulman : son sang, ses biens et honneur. »
(Hadith unanimement reconnu authentique)

Si nous suivons ces règles, la société ne peut se porter que très bien. Ce sont des enseignements fondamentaux pour garantir la bonne entente entre les individus ainsi que préserver l’éthique et les bonnes mœurs de chacun. Nous devons les connaître et les suivre pour assurer notre assise sur le droit chemin, le chemin des vertueux (ses) semé de l’excellente discipline du Prophète Mohammed saws.

« Certes, un Messager pris parmi vous, est venu à vous, auquel pèsent lourd les difficultés que vous subissez, qui est plein de sollicitude pour vous, qui est compatissant et miséricordieux envers les croyants. »
Sourate 9, At-Tawba (Le repentir), verset 128

Yamina H.

Partager cet article

Repost 0
Published by Bouchra - dans Science
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche