Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 20:05
 

A force d’observer la situation des femmes, je ne peux m’empêcher d’avoir quelques réflexions sur le rôle de l’homme dans l’éducation de la femme. Loin de moi, l’idée de prétendre être savante ou de donner des leçons ; je ne cherche qu’à conseiller mes sœurs et frères en islam afin de tenter de nous rapprocher auprès de notre Créateur.

 

 

(JPEG) Le droit à l’éducation est acquis, il ne s’agit pas ici de le démontrer. La question est plutôt de savoir comment la femme peut-elle acquérir une éducation et instruction. On focalise souvent sur l’instruction, celle que l’école fournit, plus ou moins bonne selon le pays, la ville où l’on vit. Un minimum de connaissances transmises par l’école est indispensable. Les études supérieures sont fortement encouragées, valorisées par toute la société. Mais c’est beaucoup moins le cas de l’éducation islamique. Pourtant bien connaître sa religion est essentiel pour pouvoir orienter correctement sa vie, ses actes. Nous ne devons pas oublier le but premier de notre vie et que nous aurons tous à rendre compte de nos actes auprès de notre Créateur. Les actes ne valent que par leur intention, si l’intention n’est pas bonne, l’acte perd de sa valeur. Par la suite, il sera question de cette éducation que peu de structure à elle seule peut donner. Elle s’acquiert par l’exemple donné autour de soi et la connaissance islamique transmise sous de multiples formes (lecture, leçons, conférences, cassettes, télévision, entourage).

Pendant sa jeunesse, la responsabilité revient tout naturellement aux parents et aussi à l’école pour l’instruction. Mais est-ce suffisant ? Il arrive que les parents soient dépassés, débordés par leurs occupations, n’aient pas la capacité ou encore absents. La responsabilité de l’éducation des enfants revient le plus souvent à la femme. Cependant si la femme elle-même n’a pas les bases suffisantes ou bien est débordée par le quotidien de la maison, elle ne peut assurer une éducation suffisante et se poser alors la question de savoir qui peut compléter ce rôle. Il se peut que la famille et l’entourage y participe. Jeune femme, elle peut compléter ses lacunes, approfondir ses connaissances par elle-même si elle est motivée et/ou encouragée par son entourage. Une fois mariée, les choses se compliquent. Il n’est plus question de s’occuper uniquement de soi-même mais aussi de son mari dans un premier temps puis des enfants par la suite.

Il faut admettre que souvent l’homme a du temps pour lui. L’image classique de l’homme qui rentre du travail, se détend, lit un journal ou un livre, va voir ses amis, accomplit ses prières tranquillement ou dans un autre registre se plante devant la télévision, n’est pas un mythe mais une réalité. En rendant obligatoire la prière à la mosquée, Dieu a accordé à l’homme un de Ses innombrables bienfaits. Les prières accomplies à la mosquée sont certainement réalisées avec plus de concentration que celles réalisées à la maison avec les jeunes enfants autour de soi, le téléphone qui sonne ou mille autres perturbations. Pourtant c’est le lot de nombreuses mères avec de jeunes enfants. La femme a donc sa part de lutte - récompensée à sa juste valeur par Le Très Haut - pour accomplir les actes d’adoration obligatoires.
On imagine que la femme au foyer a beaucoup de temps libre et n’a « rien à faire ». Avez-vous seulement pris une fois la place d’une femme qui s’occupe de ses enfants, son mari et sa maison ? Elle court toute la journée pour satisfaire les besoins de chacun des membres de la famille, sans toujours beaucoup de gratitude en retour. Il arrive souvent que la femme arrive à la fin de la journée épuisée tout en ayant l’impression de n’avoir rien fait de son temps. Certes une fois que les enfants grandissent, vont à l’école, les charges s’amenuisent. Le temps ainsi dégagé est-il employé à bon escient ? Pas toujours.
Quant à la femme qui travaille à l’extérieur, elle se trouve avec deux emplois à gérer, à l’extérieur et à la maison. Malgré la soit disante « libération de la femme », c’est toujours elle qui s’occupe de la plupart des tâches ménagères et des enfants. La fameuse égalité est toujours loin d’être une réalité que ce soit dans les salaires ou bien le partage des tâches.

Quelle est la part de responsabilité de l’homme dans l’éducation de la femme ?

L’homme, par le biais d’activités extérieures, peut compléter son éducation mais la femme a moins de possibilités du fait de ses responsabilités à la maison. Pourquoi en est-il responsable ? Tout simplement parce qu’il est responsable de toutes les personnes vivant sous son toit, il en est le gardien comme le dit le hadith suivant :

 

« Chacun d’entre vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. Le Chef de la Communauté musulmane est un berger et il lui sera demandé compte de son troupeau ; l’homme est le berger des siens et il est responsable de son troupeau, la femme est une bergère dans la demeure de son mari et elle sera responsable de son troupeau ; le serviteur est un berger quant au bien de son maître et il est responsable de son troupeau. »
(Sahih Al Boukhari 11-11)

 

Certains discours de musulmans sont durs vis-à-vis de la femme, en l’accusant de beaucoup de maux si ce n’est tous. Il arrive parfois que le comportement des femmes ne soit pas des meilleurs dans les mosquées (bavardages, non respect de la ligne, etc.) ou en public (habillement peu pudique, démarche provocante, etc.). Mais comment se fait-il que ces mêmes hommes qui montrent du doigt ces défauts ne fassent rien pour les corriger ? Pourquoi n’enseignent-ils pas ce qui est convenable à leurs filles, sœurs et femme ? Pourquoi les laisser dans l’ignorance ? Combien d’entre eux prennent-ils le temps de leur expliquer calmement et avec sagesse ? Comment ?

L’homme peut y contribuer de plusieurs façons. Tout d’abord en diminuant ses exigences au quotidien afin d’alléger les charges de son épouse. Est-il vraiment nécessaire d’exiger un repas élaboré tous les jours ? Des repas plus simples, rapides peuvent nourrir tout aussi correctement si ce n’est plus sainement. Passer tous les jours des heures à cuisiner pour le plaisir du palais est certainement loin de la sunnah de notre Prophète saws, pour qui manger était une nécessité et non un plaisir. On peut joindre l’utile à l’agréable certes, mais pas au détriment de sa religion. Le temps passé à la cuisine ainsi économisé peut être investi dans la lecture ou l’apprentissage du Coran par exemple. Combien d’hommes délaissent leur ventre de temps en temps et encouragent leur épouse à lire ? Dans le même registre, on peut faire veiller à ce que les invitations ne soient pas trop fréquentes au point d’être quotidiennes ou presque, car ces dernières génèrent beaucoup de travail pour la femme (cuisine, service, vaisselle). Nombreuses sont celles qui se reconnaîtront dans ses situations. Une autre façon de décharger son épouse est la participation aux tâches ménagères. Si chaque membre de la famille y participe à la hauteur de ses capacités, adultes comme enfants, la femme gagnera ainsi plus de temps à consacrer à sa propre éducation islamique ainsi que celle de ses enfants. Certains diront que c’est le rôle de la femme de s’occuper de la cuisine, le linge, le ménage et qu’elle n’a que « ça » à faire la journée et que l’homme doit se reposer après sa journée de travail. Pourquoi la femme qu’elle soit au foyer ou qu’elle travaille à l’extérieur n’aurait pas aussi le droit au repos le soir ? Ce type de raisonnement machiste n’a aucune relation avec l’exemple du Prophète saws qui n’exigeait rien de ses épouses (au pluriel) et raccommodait lui-même ses vêtements, exemple à méditer et à suivre...

Ensuite, l’homme peut partager, transmettre ce qu’il apprend à l’extérieur. Par exemple, en rentrant de la prière du vendredi, le mari devrait toujours partager le prêche qu’il a écouté avec le reste de la famille, femme et enfants. Il peut ainsi instaurer des sessions du savoir. Ce prêche n’a pas été instauré exclusivement pour l’homme mais pour toute la communauté. Par le biais de chaque homme qui y assiste, c’est un moyen -en autres - de diffuser la connaissance et de renforcer la foi de chacun des membres de la communauté et ce, chaque semaine. Il arrive que le prêche concerne principalement les femmes, celles-ci étant peu présentes à la mosquée ne peuvent en bénéficier que par le biais de leur mari, frère, oncle ou fils à condition qu’ils prennent le temps de leur rapporter. La même chose peut être faite lorsque l’homme participe à une conférence à laquelle son épouse n’a pu assister.

L’homme doit encourager sa femme à étudier et apprendre sa religion et surtout lui en donner la possibilité. Comme nous l’avons vu précédemment, en diminuant ses exigences, en prenant le relais de temps en temps auprès des enfants, en participant aux tâches ménagères, l’homme peut libérer un peu l’emploi du temps de son épouse et l’encourager à consacrer ce temps gagné à s’instruire, lire, mémoriser le Coran, faire quelques actes d’adoration surérogatoires, assister à une leçon. Cette pause de la vie quotidienne permet à la femme de se ressourcer, revivifier sa foi pour pouvoir mieux affronter les difficultés au jour le jour.

En espérant que cette réflexion encouragea certains dans la voie du savoir incha Allah.

 

Leila R.


Partager cet article

Repost 0
Published by Bouchra - dans Femina-famille
commenter cet article

commentaires

Leila 02/06/2009 21:07

Assalam alaikoum wa rahmatoullah, Par soucis du respect du travail des soeurs et frères, je vous serais reconnaissance de bien vouloir mettre le nom de l'auteur et le nom et adresse du site et pour chaque article pris du site Aslim Taslam. Wa salam.

Annie 15/02/2009 16:41

Assalam 3alaykoum Bouchra,Barak'Allahou fik pour ce texte. Il me semble vraiment intéressant. Toutefois, il y a un petit problème pour pouvoir en faire une lecture complète : le texte est tronqué à droite. Si tu lis mon message et que tu règles ce problème, je te serais reconnaissante que tu me le dise par email.

Ilyass 05/09/2008 07:38

Wouw ! C'est trés trés beau ce que tu viens d'ecrire. J'ai 19 ans, j'ai peut-etre quelqu'un en vue pour mon mariage plutard et franchement cela m'encourage de suivre cette religion. Cela fait longtemps que je cherche des paroles comme celle-ci. Des paroles juste et vrai. Des paroles qui sensibilisent l'homme. L'homme dans son regard envers la femme. Merci ! Encore merci beaucoup ! Que Dieu te protége inchallah. 

soumy 07/11/2007 17:52

amine incha Allah et baraka Allah oufikoum

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche