Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2006 7 19 /02 /février /2006 17:18

 

L’histoire de la Palestine est l’une des plus anciennes. Cette information est conçue comme une vérité par les peuples, qui en font le berceau civilisationnel. Cependant, cela n’a de poids que si on le démontre d’une manière scientifique. Il est apparent aujourd’hui que c’est de l’intérêt de certains de s’approprier cette histoire. Mais la justice et la vérité finissent toujours par l’emporter. C’est qu’une question de temps, une autre histoire...
C’est ce que Roger Garaudy essaie de démontrer et c’est ce qui lui a causé des peines. On se rappelle encore de ce jugement au tribunal. La psychose de la shoa, que les juifs ont réellement subi certes, dépasse parfois ses limites pour tomber dans une seconde injustice, une impartialité.. comme s’il fallait se rattraper en causant des torts à notre tour... Ceci en guise d’introduction, nous ferons sûrement à l’avenir un article critique allant dans ce sens.
Mais dans le cadre de ce hors-série, il ne m’a été demandé que de traiter la partie purement historique. Je m’excuse si je passe en revue trop rapidement certaines périodes, justement pour rester dans le cadre de notre étude.

Le commencement

Les fouilles archéologiques les plus récentes permettent d’établir la naissance de la cité à environ 7000-6000 avant JC.
Pendant des milliers d’années des vagues d’immigration se succédèrent. Les habitants étaient essentiellement des nomades - arabes - qui fuyaient les terres hostiles et torrides d’Arabie pour se réfugier dans cette vallée riche et accueillante. Au départ, les habitants de ces terres s’appelaient les cananéens. Les fouilles sérieuses de Ras Shamra, effectuées en 1929, ont pu établir, au regard d’avancées archéologiques notables, cette histoire authentique des cananéens. Une vision plus objective que celle donnée par les écrivains du Deutéronome, qui les haîssaient.
On a retrouvé la main sur des tablettes d’Armana, lettres des vassaux cananéens aux pharaons d’Egypte, datant du 14ème siècle av. JC, ainsi que des textes d’exécration gravés sur des vases portant les noms de princes cananéens du 20ème siècle av JC. Comme le décrit justement Roger Garaudy, ce peuple était monothéiste et cette dimension transcendante sera reprise par les prêtres hébreux qui réécrirent alors l’histoire à leur avantage, comme s’ils étaient les seuls à s’être élevés au rang du monothéisme pur.

Les Hébreux

La grande migration araméenne d’un nouveau peuple refoulé de toute part et inconnu auparavant dans la région : Le peuple des haribou avait fuit l’Egypte et les gigantesques projets de construction de Ramsès II. Ils n’arrivèrent pas à s’infiltrer dans les grandes métropoles mais seulement dans les régions avoisinantes. A partir de là, nous avons deux versions des faits. L’une où le massacre des cananéens eut lieu et l’autre étant la thèse contraire.
La vérité est que d’autres éléments permettent de prouver que les cananéens subsistèrent jusqu’au règne des Assyriens et donc que le "mythe de l’exception hébraique" qui tirait avantage de cette interprétation, est encore une ruse pour réserver la terre aux hébreux. Une monarchie fut par la suite proclamée car le danger provoqué par la présence des Philistins dans les zones côtières constituait un véritable péril. Lorsque David vainquit les Philistins, il choisit Jérusalem comme centre de son royaume. Cette ville fut donc conquise pour la première fois par les israélites. Comme David créa une société pluraliste, les cananéens, les Mohabites et les Philistins subsistèrent.
C’est pendant le règne de son fils Salomon (970-930 Av. JC) que le royaume vécut ses meilleurs jours. Juste après la mort de Salomon (926-5 Av JC), la disloquation du royaume commença. Il n’avait duré que 73 ans.
De nombreux schismes apparurent, mais d’un point vu territorial : le pays fut divisé en deux parties celui de Juda au Sud et celui d’Israël au Nord. De nombreuses batailles se succédèrent, que ce soit entre ces deux pays où par leurs voisins tels que le Pharaon d’Egypte. En 722, le roi assyrien Téglath-Phalasar III occupa Israël et l’annexa. Juda survécut mais prit la place de vassal. En 612, l’Assyrie s’effondra et fut remplacée par Babylone. Jérusalem fut assiégée par Nabuchodonosor en 587. Ce fut la fin du royaume de Juda. Le passage de la domination perse à la domination grecque n’apporta pas de changement profond. Les rivalités des successeurs d’Alexandre sont telles que cette province fut tantôt syrienne, tantôt égyptienne.


 

Synthèse résumée du Livre Palestine, Terre des messages divins de Roger Garaudy.
Docteur ès-lettres - Croix de guerre - Médaille de la déportation - Ancien député et sénateur - Directeur de l’institut pour le dialogue des cultures.

source: Aslim-Taslam  Abdelhak O.


 

Abdelhak O

Partager cet article

Repost 0
Published by Bouchra - dans Rappels
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche