Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 janvier 2009 1 19 /01 /janvier /2009 18:40
Les Palestiniens refusent de céder face aux crimes de guerre flagrants commis par Israël, écrit Saleh Al-Naami depuis Gaza.

Un panache de fumée s’élève après une frappe aérienne israélienne (photo/AFP)


Dans une interview publiée en hébreu, dans l’édition en ligne de Yediot Aharonot , le colonel israélien Mikey Sharbit a évoqué la résistance "féroce" rencontrée par l’armée d’occupation israélienne à Gaza. Parlant depuis son lit d’hôpital après avoir été blessé dans la partie nord de la bande, Sharbit - commandant d’artillerie pendant la guerre de 2006 au Liban - a dénoncé les médias israéliens qui passent sous silence la compétence des combattants du Hamas et la nature du terrain sur lequel l’armée israélienne a dû opérer les deux semaines précédentes.

Selon lui « C’est une guerre de fantômes » « Nous ne voyons pas les combattants... On dirait qu’ils sortent de terre. Nous nous déplaçons à la surface avec l’impression qu’en dessous il y a une ville de fantômes qui se déplacent également ».

Cette déclaration montre l’écart entre ce que disent les dirigeants politiques israéliens et ce que vivent les commandants militaires depuis le début de la guerre, le 27 décembre. Selon l’armée, les brigades Ezzeddin Al-Qassam n’ont pas été touchées et elles restent capables de poursuivre la bataille pendant un avenir prévisible. Sur le deuxième canal israélien, même Rony Daneyl, commentateur militaire partisan de la guerre, a dit aux téléspectateurs cette semaine que l’armée lui interdit de mentionner les problèmes qu’elle a rencontrés sur le terrain et qui l’ont empêchée d’avancer pendant près de trois semaines après le début de la guerre malgré les centaines de tonnes de missiles déversées par la force aérienne israélienne sur les Palestiniens.

Ces commentaires s’inscrivent dans le contexte des preuves de plus en plus évidentes quant à l’emploi ordinaire par Israël d’armes interdites par les traités internationaux. Hassan Ashour, directeur du plus grand hôpital de la bande, Dar Al-Shifa, est horrifié. Il a parlé à Al-Ahram Weekly des blessures et des plaies « absolument inhabituelles » constatées sur les cadavres et les blessées arrivant à l’hôpital. Ashour cite Mads Gilbert, un médecin norvégien qui a travaillé en Irak après l’invasion étasunienne et qui est venu donner un coup de main à Al-Shifa une semaine auparavant.

« Le médecin nous a dit que ce qu’il a vu sur le corps des Palestiniens arrivant à l’hôpital lui rappelait les produits chimiques utilisés par l’armée étasunienne contre les Irakiens en 2003 ».

Des sources médicales palestiniennes ont dit au Weekly qu’Israël utilise à l’évidence du phosphore blanc lors de frappes contre les zones très peuplées de Gaza. Plusieurs corps fortement déformés et les « os calcinés » montrent l’utilisation de phosphore blanc. Les groupes internationaux de défense des droits humains en Israël, notamment Human Rights Watch et Amnesty International confirment ces accusations.

Alors que l’armée d’occupation israélienne poursuit sa guerre contre Gaza pour la quatrième semaine, elle n’a pas remporté de succès militaires significatifs et elle a encore moins réussi à détruire le Hamas. Elle continue à se venger sur d’innocents civils.

Jeudi dernier, un drone israélien a tiré un missile sur deux garçons de quinze ans, Mohamed Elian et Siyah Abu Soweirah, qui jouaient au football dans le camp de réfugiés de Al-Nasseryat dans la partie centrale de la Bande. La tête de Mohammed a été arrachée de son corps et le crâne de Siyah a été fendu en deux tandis que son cerveau se répandait sur le sol. Après cette attaque, l’armée israélienne a prétendu qu’elle avait « liquidé » deux combattants du Hamas. De telles affirmations cyniques n’ont rien de nouveau.

D’après les sources médicales palestiniennes, sur les 1000 Palestiniens tués jusqu’ici 80 % sont des civils dont 35 % des enfants.

Israël affirme que treize soldats sont morts pendant l’offensive terrestre, mais le Hamas prétend que le chiffre beaucoup plus élevé.

Pendant ce temps, l’élite politique israélienne prend de plus en plus conscience de la futilité d’une campagne militaire qui est restée très éloignée de son objectif d’éradiquer le Hamas. Les arguments font désormais rage pour avoir recours à des mesures encore pires pour en terminer rapidement avec la guerre.

L’ex vice-premier ministre israélien, Avigdor Leiberman, chef du parti Yisrael Beiteinu (Israël est notre maison), a déclaré mardi qu’Israël devait traiter le Hamas de la façon dont les États-Unis avaient traité leJapon pendant la Seconde Guerre mondiale, quand étaient tombées des bombes atomiques sur Hiroshima et Nagasaki. Leiberman, qui s’exprimait devant des étudiants de l’Université Bar Illan, a déclaré : « c’est la seule solution et nous n’aurons pas besoin de réoccuper Gaza ».

Ce genre de discours a été critiqué par des commentateurs israéliens, tels que Aureet Dghani du journal Maariv. La guerre contre la bande de Gaza, écrit-elle, montre que la société israélienne ne connaît que le langage de la guerre. Les Israéliens se précipitent dans la guerre parce qu’ils « haissent la paix et croient que la force est la seule solution pour atteindre les objectifs. La guerre ... courre dans nos veines, nous avons déclenché une guerre deux ans et demi après la dernière dans laquelle nous nous étions précipités. Comment Israël peut-il prétendre qu’il représente une société pacifique ? » a-t-elle encore questionné.

De frénétiques initiatives diplomatiques sont en cours pour tenter d’arrêter le bain de sang. Les discussions des Égyptiens avec le Hamas ne semblent pas encore permettre une percée après que le Hamas, avec plusieurs factions palestiniennes, ait exprimé de sérieuses réserves sur le texte initial de l’initiative.

Les négociateurs égyptiens préparaient des modifications dans le document en discussion pour tenir compte des exigences du Hamas.

Le Hamas, le Jihad islamique et le Front populaire de Libération de la Palestine ont à l’origine déclaré que les termes du document proposé auraient pour effet de mettre fin de la résistance palestinienne à l’occupation israélienne. En particulier, les réserves du Hamas et d’autres factions de la résistance concernent la nature et le mandat de la présence internationale d’interposition prévue dans la bande de Gaza selon le texte original de l’initiative.

En outre, le Hamas et les factions sont plus que réservés à l’égard des 10 à 15 années de trêve que l’Égypte espère imposer. Particulièrement inquiétant pour le Hamas est le fait que la fin du blocus imposé à Gaza n’est pas liée à la conclusion de l’accord, mais reste dans l’attente « de discussions ultérieures ».

Mercredi, le porte-parole du Hamas, Oussama Hemdan a déclaré depuis Beyrouth qu’il y avait eu « quelques progrès » après que le côté égyptien ait tenté de tenir compte des réserves du Hamas.

« La seule sortie de conflit pour nous », a déclaré Hemdan, « est une cessation des hostilités israéliennes, le retrait israélien de Gaza, la fin du blocus et l’ouverture des frontières », a-t-il déclaré à Al-Jazeera.

Walid Al-Modalal, un Palestinien professeur de sciences politiques, a déclaré à Al Ahram que les propositions diplomatiques de cessez-le-feu visent « à priver le Hamas de tout gain politique une fois la guerre finie ». les parties palestiniennes, arabes et occidentales qui refusent le contrôle du Hamas sur la bande de Gaza, a-t-il poursuivi, « ont parié sur la capacité d’Israël de chasser le Hamas du pouvoir une fois la guerre commencée ».

« Maintenant que le Hamas a montré sa capacité à résister et se maintenir, ces mêmes parties veulent nier à cette organisation son influence sur le peuple palestinien. En faisant pression sur le Hamas pour qu’il accepte un cessez-le-feu sans gains, ils veulent affaiblir la position de ce mouvement vis à vis du peuple palestinien et démontrer à celui-ci qu’il aurait payé un prix énorme pour rien. »

Les Etats arabes sont fortement divisés à propos de la situation à Gaza. Le Qatar a demandé mardi que soit convoqué un sommet arabe d’urgence qui se tiendrait à Doha vendredi prochain. Jusqu’à présent, 14 Etats arabes ont accepté d’y participer même si ceux du Caire et de Riyad ont annoncé leur refus, préférant assister à un sommet consultatif économique au Koweït dimanche prochain. L’absence de l’Égypte et l’Arabie Saoudite jette une ombre sur les résultats attendus du sommet de Doha.

info-palestine.net


Partager cet article

Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans ***SOS GAZA***
commenter cet article

commentaires

pascal 30/05/2012 17:46


je pense aux familles Palestinienne,et j ai mal,Comment construire des hommes et des femmes digne de ce nom dans un tel climat de violence ou tout manque.Etre parent en Palestine,il faut avoir
des tonnes d amour a donner,y croire,ou etre fou.je ne suis pas de votre religion mais dans mes prières je pense a ce peuple,a sa terre ou mon DIEU a marché,aimé,souffert,donné,.Bonne
continuation a vous,et vite reconnaissance totale par toute les nations de ce pays et de son peuple

adel 15/02/2009 20:37

salam alekoum voici un site sur le pélerinage ( livres, fatwas, conseil, vidéo, information etc.. ) http://lepelerinage.over-blog.com/ venez nombreux et faite passez l'info autour de vous barakala aoufikoum

le lion 24/01/2009 23:34

salamAU NOM DU CREATEUR TOUT PUISSANTUn Projet pour L'HumanitéEn nos temps,les tremblements de terre,les épidémies à grande échelle,la grande misère des gens,les menaces de guerre et les bains de sang mettent en péril la survie de l'humanité.Tous les pays seront touchés par les affres de l'angoisse et la violence sera partout.La vie humaine sera sans prix,on tuera pour le geste de tuer.La panique s'emparera des populations du monde en détresse que l'on massacre sans pitié.Les crises économiques,sociales de plus en plus dures mettent à genoux la terre entière.Le manque d'eau se fera sentir.Le chomage et la faim se répandront à grande vitesse.La famille n'éxistera plus.Les révoltes et les massacres des peuples se perdront dans un chaos apocalyptique.Dans les rues,les femmes se feront violer en plein jour.Les gens se réfugieront dans la drogue,l'alcool et le sexe.Pourquoi tous les malheurs n'ont-ils pas suffi à vous faire revenir vers DIEU?Les tragédies des temps présents ne sont pas la raison d'un désespoir mais le signe d'un salut prochain,la victoire.Le sauveur apparaitra à un moment de manque total d'espoir.Ces catastrophes révèlent plutot que l'Heure est proche.L'Heure,c'est la machine du Mahdi qui va changer le cours de l'Histoire...www.lemessie.netsalam

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche