Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 septembre 2005 5 16 /09 /septembre /2005 00:00
Son nom

Mouslim Ibn Al-Hajjaj Ibn Mouslim Al-Qochairi An-Nissabouri, Abou al houssayn.

Il est appelé "L'Imâm des savants du Hadîth".

Sa naissance (204 H.)

Il y a une incertitude au sujet de sa date de naissance. Selon certaines opinions, il serait né en 204 A.H. (820), selon d'autres, sa naissance fut en 206 A.H., à Nichâpour (Khorasan).

Début de son apprentissage

Depuis sa plus tendre enfance, l'Imâm Mouslim, commença l'apprentissage des sciences religieuses et notamment la loi islamique. Cette jeune pouce grandit dans une terre des plus fertiles et porta ses fruits.

En 218 A.H., alors qu'il n'avait que 12 ou 14 ans, il s'initia à Naysabûr aux sciences du Hadîth grâce à son Sheikh Yahyâ At-Tamîmî.

Son pélerinage (220 H ; 16 ans)

Le premier voyage entreprit par l'Imâm fut en 220 A.H. lorsqu'il quitta Naysabûr pour accomplir le pélerinage. Au cours de son voyage, il assista à des séances d'enseignement de Hadîth.

Il rencontra à la Mecque Sheikh 'Abd Allâh Ibn Maslamah Al-Qa'nabî et assista à son enseignement du Hadîth. Sur son chemin, arrivé à Kûfah, il écouta Sheikh Ahmad Ibn Yûnus enseigner le hadîth ainsi que quelques autres savants.

Il fut de retour rapidement à sa terre natale.

Les longs voyages pour l'apprentissage

Il entreprit un long voyage avant 230 A.H. pour acquérir la science. Il parcourut les terres et accompagna de nombreux savants pour puiser dans leur savoir. Citons les pays où il étudia le hadîth lors de ce voyage:

    La région de Khorasân.

    Ar-Ray.

    L'Iraq: plus précisément, il apprit par les savants de Kûfah, de Bassora et de Bagdâd où il fut de passage plusieurs fois. Son dernier séjour à Bagdâd fut en 259 A.H., cette fois il enseigna la science du Hadîth qu'il avait acquise avec brio pendant de longues années.

    le Hijâz: en particuler, la Médine et la Mecque. Il y entendit le Hadîth par les grands sheikhs de la région, notamment de Isma'îl Ibn Uways et Sa'îd Ibn Mansûr.

    le Shâm [actuels Syrie, Liban et Palestine]: Al-Khatîb, Ibn 'Asâkir et As-Sam'ânî ont mentionné le passage de l'Imâm Mouslim par le Shâm. Adh-Dhabî soutient que l'Imâm Mouslim n'a pas appris le hadîth au Shâm en raison du fait que l'Imâm n'a connu qu'un seul savant de Damas, qu'il aurait rencontré non à Damas, mais pendant son pélerinage. Si l'opinion d'Adh-Dhahabî est correcte, l'Imâm Mouslim aurait juste traversé le Shâm sans passer par Damas.

    l'Egypte.

Ses Maîtres

Dans le Recueil des hadîths authentiques de Mouslim, Adh-Dhahabi compte 220 savants du Hadîth dont Mouslim rapporta des narrations fiables.

Citons quelques-uns de ses grands maîtres:
- 'Abd Allâh Ibn Maslamah Al-Qa'nabî.
-
Ahmad Ibn Hanbal.
- le jurisconsulte et Hafidh, Ishâq Ibn Rahaweih.
- le spécialiste du jarh et de la science des hommes du hadîth, Yahyâ Ibn Ma'în.
- Le Hâfidh, Ishâq Ibn Mansûr Al-Kawsaj.
-
Abou Bakr Ibn Abî Shayba.
-
'Abd Allâh Ibn Abd Ar-Rahmân Ad-Dârami
- le Hâfidh, Muhammad Ibn 'Abd Allâh Ibn Numayr.
- le savant 'Abd Ibn Humayd.
- l'Imâm Abou Zur'âh Ar-Râzî, le grand savant du Hadîth de Rayy.

Il rencontra l'Imâm Al-Boukhârî. Ad-Daraqoutni raconte: "Sans Al-Boukhari, Moslim n'aurait rien pu".
Lors d'une séance d'enseignement Ad-Dhuhli fit une remarque au sujet de Al-Boukhari, Moslim se leva et s'en alla, après quoi, Moslim rassembla tout ce qu'il avait écrit d'après lui et le renvoya à son domicile.
 

Ses élèves

Parmi ses disciples les plus remarquables qui ont voyagé pour le rencontrer et s'instruire de sa science, figurent l'Imâm Abou 'خsâ At-Tirmidhî, Yahyâ Ibn Sâ'id, Ibn Khuzayma, Abou Bakr Muhammad Ibn An-Nadir Al-Jârûdî, et d'autres encore.

Ses Ecrits

Parmi les livres qui nous sont parvenus de lui et qui témoignent de la science généreuse de cet homme:
- Al-Kunâ wa Al-Asmâ,
- Tabaqât At-Tabi'în,
- Al-Munfaridât wa Al-Wijdân
- Sahîh Mouslim, le célèbre recueil de hadîths authentiques, Il commença la rédaction de ce livre relativement tôt à Naysabûr, Il avait 29 ans lorsqu'il entamma l'écriture de son Sahîh. Quinze ans plus tard, il mit le point final du livre que nous avons entre les mains.

    On relate qu'il dit au Sujet de Sa Somme de Hadîths authentiques: "J'ai rédigé ce reccueil de hadîths authentiques à partir de 300 000 hadîths transmis oralement".

    Il dit également: "Je n'ai inscrit un seul Hadîth dans ce reccueil sans preuve et je n'ai écarté le moindre Hadîth sans preuve".

    Pendant 15 ans de sa vie, il scruta les 300 000 milles Hadîths auxquels il fait référence pour retenir ceux qui composent son recueil, à savoir des hadîths fiables dont l'authenticité ne fait pas l'ombre d'un doute. Il retint, sans répétition, 3033 hadîths qu'il a organisé en chapitres, puis il a réuni les chapitres en livres. Le noble savant Muhammad Fu'âd 'Abd Al-Bâqî dénombra 54 livres dans le Sahîh. Le premier livre est le livre de la foi (Al-خmân) qui englobe plusieurs chapitres: le chapitre "la religion exige le conseil", chapitre "l'interdiction de l'orgueil", etc... Puis il suivit ce livre par le "livre des menstrues", puis le livre de la prière, et ainsi de suite jusqu'au livre de l'exégèse qui scelle cet précieux ouvrage.

    L'Imâm Mouslim a décidé d'inscrire chaque hadîth dans un seul endroit de son ouvrage, en le citant, avec les diverses voies de narration qu'il agrée selon ses critères d'authenticité et avec les variantes.

    Mouslim a été très méthodique en répertoriant les hadiths en fonction de leurs chapitres et de leur jurisprudence (le fiqh). Pour cela ce sahih est réputé être l'un des rares ouvrages que l'on se réfère souvent.

    En faisant la comparaison entre Sahih Mouslim et Sahih Al-Boukhari, bien que la plupart des hadiths est presque la même, on trouve que celui de Mouslim est plus méthodique que celui de Al-Boukhari, car Mouslim a classé les hadiths selon leurs sujets dans leurs propres chapitres. Tandis qu'on trouve ces hadiths épars chez Al-Boukhari, malgré que le Sahih Al-Boukhari est jugé être plus authentique.

    L'ensemble de la communauté musulmane, savants ou pas, a reçu avec joie cet ouvrage et lui a accordé une place toute privilégiée, semblable à celle de Sahîh Al-Boukhârî. Les savants s'accordent pour le considérer comme Recueil de hadîths authentiques et ils ont dépensé des efforts conséquents pour servir ce livre. De nombreux savants ont composé des commentaires de Sahîh Mouslim. Citons à titre d'exemple, Ikmâl Al-Mu'lim bi Fawâ'idi Mouslim par Al-Qâdî 'Iyâd, Al-Minhâj fî Sharh Sahîh Mouslim Ibn Ak-Hajjâj par l'Imâm An-Nawawî, Ikmâl Al-'Ilm par Muhammad Ibn Khalîfah connu par Al-Ubayy.

    L'intérêt accordé à Sahîh Mouslim motiva l'écriture d'ouvrages traitant des narrateurs de hadîths présents dans ce recueil. Citons par exemple Rijâl Sahîh Mouslim (les hommes de Sahîh Mouslim) pat Ibn Manjaweih Al-Asbahânî, Rijâl Mouslim Ibn al-Hajjâj (les hommes de Mouslim Ibn al-Hajjâj) par Ibn Shirbîn Al-Ansârî, Tasmiyat Rijâl Sahîh Mouslim Alladhîna Infarada bihim 'an Al-Bukhâri (Mention des hommes de Sahîh Mouslim qu'Al-Bukhâri n'a pas cité) par Al-Hâfidh Adh-Dhahabî.

    Des abrégés, ommettant les répétitions et les chaînes de transmission, ont également vu le jour, comme Mukhtasar Sahîh Mouslim (l'Abrégé de Sahîh Mouslim) par l'Imâm Al-Qurtubî, Al-Jâmi' Al-Mu'lim bi Maqâsid Jâmi' Mouslim (La Somme informant des finalités de la Somme de Mouslim) par Al-Mundhirî. Des savants anciens comme Al-Jawzaqî et Al-Baghawî ont réuni Sahîh Mouslim et Sahîh Al-Bukhâri dans un ouvrage. Sheikh Ash-Shinqîtî a écrit Zâd Al-Mouslim fîmâ ittafaqa 'Alayh Al-Bukhârî wa Mouslim, la Subsitance du musulman sur les hadîths agrées par Al-Bukhârî et Mouslim. Sheikh Muhammad Fu'âd Abd Al-Bâqî a composé Al-Lu'lu' wa Al-Marjân fîma ittafaqa 'alayh Ash-Shaykhân.

    L'Imâm An-Nawawî dit dans la Préface de son valeureux Commentaire de Sahîh Mouslim: "[ce livre] lui a préservé une agréable mention et une bonne éloge jusqu'au Jour du Jugement".

    Al-Hâfidh Ibn Salâh affirma: "Par son recueil, Allâh -Que Son Nom soit exalté - l'a élevé comme un astre. Il est devenu ainsi un Imâm, un argument, dont le nom est mentionné en permanence dans les sciences du Hadîth ainsi que d'autres sciences".

Parmi ses livres qui n'ont pas survécu aux aléas des jours: Awlâd As-Sahâba (Les Fils des Compagnons), Al-Ikhwah wa Al-Akhawât (les Frères et les Soeurs), Al-Aqrân (Les Paires), Awhâm Al-Muhadithîn (les Illusions des Muhaddiths), Dhikr Awlâd Al-Husayn (Mention des Fils d'Al-Husayn), Mashâyikh Mâlik (les sheikhs de Mâlik), Mashâyikh Ath-Thawrî (les sheikhs d'Ath-Thawrî), Mashâyikh Shu'bah (les sheikhs de Shu'bah).

Sa mort (261 H ; 57 ans)

Il dépensa son temps entre l'enseignement oral et la composition d'ouvrages si bien que la nuit même de son décès il était préoccupé par une question qui fut évoquée dans son assemblée de science. Il passa alors sa nuit dans la recherche, mais avant la levée du jour, il répondit à l'appel de Son Seigneur dans la soirée du dimanche au mois de Rajab en l'an 261 H (875) à Nichâpour.

Son physique

On dit qu'il était grand de taille, portant une barbe blanche et un turban dont l'extrémité descendait au milieu de ses épaules.

Ses mérites

En voyant cette pouce bénie, son Sheikh Ishâq Ibn Rahaweih vit qu'elle était promise à un grand avenir et s'exclama: "Quel homme sera-t-il lui !".

Son disciple et ami Ahmad Ibn Salamah An-Naysâbûrî disait: "J'ai vu Abou Zur'ah et Abou Hâtim donner la préeminence à Mouslim Ibn Al-Hajjâj par rapport aux autres savants du hadîth de son époque".

Abû 'Abd Ar-Rahmân Ibn Abî Hâtim, un imâm du hadîth, dit de Mouslim: "Il fut un homme de confiance, du nombre des mémorisateurs [Hafidh], maîtrisant le Hadîth".

Son Sheikh Muhammad Ibn Bashshâr le compta parmi les quatre grand mémorisateurs du Hadîth de son temps: "les mémorisateurs (du Hadîth) sur terre sont quatre, dit-il, Abou Zur'ah Ar-Râzî à Rayy, Mouslim à Naysabûr, 'Abd Allâh Ad-Dârimî à Samarqand, Muhammad Ibn Ismâ'îl à Bukhârâ".

Qâdî 'Iyâd a dit: "C'est l'un des des Imâms des musulmans, l'un des mémorisateurs parmi les savants du Hadîth, aux écrits perfectionnés. Plus d'un Imâm parmi les anciens et les contemporains ont fait son éloge. Ils sont unanimes quant à son rang d'Imâm, sa prééminence et l'authenticite de son Hadîth, sa capacité de distinguer le vrai du faux. Ils s'accordent tous à dire que c'est un homme de confiance et acceptent son Hadîth".

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche