Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
26 septembre 2005 1 26 /09 /septembre /2005 00:00
Son nom

Az-Zoubayr Ibn Al-'Awwâm

Il est chargé d'intercepter une lettre lors de la conquète de la Mecque (8 H)

Hateb ben Abi Baltaâ voyant tout ce qui se passait, écrivit une missive pour les Chefs Qoraichites afin de les prévenir de l'attaque des Musulmans.
Ali (رضي الله عنه) raconte: "Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) nous convoqua Al Miqdad, Az Zoubayr et moi et nous dit: "Allez à Radwat Khakh où vous rencontrerez une femme portant une lettre, prenez lui cette lettre !"".
Nous partimes au galop et à l'endroit désigné, nous rencontrâmes une femme et nous lui demandâmes de nous remettre la lettre qu'elle portait. Elle nous répliqua qu'elle ne portait point de lettre. Nous la menaçames de la fouiller si elle ne nous montrait pas la lettre. Elle la sortit de ses cheveux, où elle la tenait cachée. Nous retournâmes à Médine et nous remîmes la lettre au Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم). Le prophète (صلى الله عليه و سلم) lut la lettre qui contenait des informations sur les plans de l'expédition. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) fit venir Hateb et lui dit "Qu'as tu fait ?".
Hateb répondit: "Je n'ai fait cela non dans le but de te trahir ou de renier l'Islam mais uniquement pour que ma famille restée à la Mecque obtiennent une protection de la part des Qouraychites".

Abou Bakr s'excuse d'avoir accepté le califat et 'Ali et Zoubayr affirment qu'il en est le plus digne (11 H)

Sa'd Ibn Ibrahim Ibn 'Abdarrahmân Ibn 'Awf (رضي الله عنه) rapporte: 'Abdarrahmân Ibn 'Awf était avec 'Omar Ibn Alkhattab (رضي الله عنه) quand Mouhammad Ibn Maslèma cassa le sabre de Zoubayr Ibn Al-'Awwâm, qu'Allâh l'agrée. Puis Abou Bakr As-Siddiq (رضي الله عنه) se leva, sermonna les musulmans et s'excusa auprès d'eux en disant: "Par Allah! Jamais je n'ai voulu être émir, même pas un seul jour ou une seule nuit. Je ne l'ai jamais désiré et je ne l'ai jamais demandé à Allah, publiquement ni secrètement, mais j'ai craint la zizanie. تtre émir n'est pas pour moi un soulagement, mais on m'a fait porter une responsabilité immense. Je n'ai pas la capacité ni les moyens de l'assumer sauf si Allâh puissant et glorieux me fortifie. J'aurais voulu que la personne la plus capable de l'assumer soit à ma place en ce jour". Les mouhajirins acceptèrent ses paroles et ses excuses. 'Ali et Zoubayr, qu'Allâh les agrée, déclarèrent: "Nous avons été fâchés uniquement parce que nous n'avons pas assisté à la concertation, mais nous savons qu'Abou Bakr est la personne qui le mérite le plus après le Messager d'Allah, prière et paix sur lui. C'est lui le compagnon dans la grotte et le {Deuxième de deux} (9/40), nous connaissons bien ses vertus et son âge. De plus, de son vivant, le Messager d'Allâh (صلى الله عليه و سلم) lui a ordonné de diriger la prière".

Sa mort lors de la bataille du chameau (36 H.)

    De la Mecque vers Bassora

    Dans la ville de La Mecque, où ils se sont rendus, Talha et Az-Zoubayr vont rencontrer Aïcha, qui y était allée pour le pèlerinage. Ils ne comprennent pas les intentions de Alî et - en toute bonne foi - croient que c'est parce que les insurgés le soutiennent qu'il refuse de leur appliquer le talion. A la tête de tout un groupe, ils partent donc de La Mecque pour l'Irak - pour la ville de Bassora précisément -, pensant y appeler les gens à soutenir leur demande de l'application du talion. (Fath Al-Bâri 12/354, 13/71).

    Il recommande le bon partage de son héritage

    'Abdullâh Ibn Az-Zoubayr (رضي الله عنهما) a dit: "Le jour de la bataille du chameau, lorsque Az-Zoubayr se dressa entre les partisans de 'Aïcha et ceux de 'Ali, il m'appela et je me tins debout à son côté. Il me dit: "Mon petit! Voici un jour où ne sera tué qu'un injuste ou la victime d'une injustice, et je voix sûrement que je vais être tué aujourd'hui victime d'une injustice. Parmi mes plus grands soucis est certainement ma dette. Penses-tu que l'acquittement de ma dette vous laissera quelque chose de mes biens?"
    Puis il dit: "Mon petit! Vends nos biens et paie notre dette. Il en légua le tiers et le tiers de ce tiers aux fils de 'Abdullâh Ibn Az-Zoubayr".
    Il dit: "Si, après le règlement de ma dette, il reste quelque chose de nos biens, que le tiers en soit donné à tes enfants".
    Hishâm dit: "Le fils de 'Abdullâh avait vu quelques-uns des fils de Az-Zoubayr, Khoubeyb et 'Abbâd. Il avait alors neuf fils et neuf filles".
    'Abdullâh dit: "Il se mit à me recommander sa dette en disant: "Mon petit! Si tu ne peux payer une partie de ta dette, cherche aide auprès de mon Seigneur".
    Il dit: "Par Allâh, je n'ai pas compris ce qu'il disait et je lui dis: "Père! Qui est donc ton Seigneur?""
    Il dit: "Allâh". (al-Boukhâri)

    Sa rencontre avec 'Ali (رضي الله عنه) et le retour vers Médine

    Arrivés face à face, Alî parle en aparté avec Az-Zoubayr et lui demande: "N'avais-tu pas entendu le Prophète dire, alors que tu pliais ma main: "Tu le combattras alors qu'il sera dans son droit, puis il aura le dessus ?"
    - "J'avais effectivement entendu cela ; je ne te combattrai donc pas" répond Az-Zoubayr. (Fath Al-Bâri 13/70)
    Il qui quitte alors les lieux et prend le chemin de Médine (Fath Al-Bâri 6/276).

    Sa mort pendant son sommeil

    Il a été tué pendant son sommeil par Amr ibn Jurmûz, un homme qui était dans le groupe de 'Alî, qui avait retrouvé Az-Zoubayr et qui croyait bien faire en l'assassinant; quand Amr ibn Jurmûz apporte la nouvelle à 'Alî, celui-ci lui annonce que le Prophète (sur lui la paix) lui avait dit un jour: "Celui qui tuera le fils de Safiyya (Az-Zoubayr), fais-lui l'annonce de la géhenne". (Fath Al-Bâri 6/276, 7/104).

Ses mérites

Abou Hourayra (رضي الله عنه) rapporte: Le messager (صلى الله عليه و سلم) d' Allâh était sur la montagne de Hira, et il y avait avec lui Abou Bakr (رضي الله عنه), Othmân (رضي الله عنه), 'Ali (رضي الله عنه), Talha (رضي الله عنه), Az-Zoubayr (رضي الله عنه), et la montagne remua. Le Prophète (صلى الله عليه و سلم) dit: "Sois calme, il n'y a sur toi qu'un Prophète, un véridique, et un martyr". (Mouslim)

'Ali a dit que ses oreilles ont entendu ce qui suit sortir de la bouche du Prophète (صلى الله عليه و سلم): "Talha et Az-Zoubayr seront mes voisins au Paradis". (At-Tirmidhi)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche