Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 octobre 2005 5 14 /10 /octobre /2005 00:00

 Comme c'est le mois de Ramadan, qu'on fait la prière de tarâwîh et qu'il est souvent plus facile de se rapprocher d'Allah, eh bien je vous propose de (re)lire ce texte afin que ce mois nous serve à être plus (souvent) humbles dans nos prières.

Je pense que la prière est ce qu'il y a de plus important dans ce monde et que si on la fait convenablement, c'est un plaisir qui devient petit à petit un besoin. Si on la fait convenablement, ça devient un repos et non une tâche ; une envie et non une obligation.


Voici la transcription de la conférence (du professeur Amr Khaled) :

 

Comment accomplir l’humilité dans la prière ? Comment se soumettre à Allah pendant notre prière ? J’ai envie d’avoir cette humilité, mais je n’y arrive pas, je suis distrait. Je vois des personnes qui pleurent en priant ; pourquoi pleurent-elles ? Qu’est-ce qui dans la prière fait pleurer ces personnes ? Comment faire pour sentir ce que sentent ces gens dans leur prière ?

 

 

 

 

A) Différents niveaux dans la prière

 

 

1.      Celui qui ne respecte pas le temps de la prière (il la fait n’importe quand), l’ablution (quand il la fait, il la fait n’importe comment), les règles d’apparence (il ne respecte pas les gestes que le Prophète nous a appris : il regarde sa montre, il bouge tout le temps, il regarde la télévision, il lit n’importe comment, etc.) et bien sûr il ne saurait jamais accomplir l’humilité.

 

Ø      Il a fait la prière mais il sera puni le jour du jugement pour son manque de politesse envers Allah.

 

2.      Il respecte le temps, l’ablution, les règles d’apparence, mais il n’est pas soumis à Allah, son cœur n’est pas présent.

 

Ø      Son jugement sera très long.

 

3.      Il respecte le temps, l’ablution, les règles d’apparence et pendant un moment son cœur est présent, et un autre moment Satan lui prend de son temps, alors il le repousse puis il réessaye d’être soumis, puis Satan revient, etc.

 

Ø      Il est donc entre prière et Jihad (effort) et il a deux récompenses : la récompense de sa soumission à Allah et la récompense de son effort en repoussant Satan. Beaucoup de gens sont dans ce niveau.

 

4.      Il respecte le temps, l’ablution, les règles d’apparence et il ressent l’humilité, il est concentré, il ressent les versets qu’il lit : il dit « Allahou Akbar », il ressent la Grandeur d’Allah, il dit « Soubhana Rabbiya al’AZîm » il ressent la puissance d’Allah, etc.

 

Ø      C’est le bien-aimé d’Allah. Mais il y a encore un 5ème niveau :

 

5.      Il respecte le temps, l’ablution, les règles d’apparence, mais il a sorti son cœur et l’a mis entre les mains d’Allah et il s’est déconnecté du monde et de ce qui s’y trouve. Il n’a aucune information de ce qui se trouve autour de lui, il est avec Allah.

 

Ø      A-t-on déjà réussi à prier comme cela ? Ne fut-ce qu’une seule fois ?

 

 

 

 

 

 

 

B) Gens qui ont cette humilité :

 

 

1.      Le Prophète Mohammed (pbsl) :

 

·        Il disait au muezzin (Bilal) : « Ô Bilal, réconforte-nous par la prière ».

 

                                                                                                             i.      Alors que nous nous dirions plutôt « débarrasse-nous vite de la prière, la série télévisée va commencer dans deux minutes ! » N’aurais-t-on pas quelque temps à consacrer à Allah ? Ce temps-là n’étant déjà pas très dominant dans notre journée, ne serait-ce pas une occasion pour le remplir d’une bonne prière ? Remarquez que dans le Coran, Allah ne dit jamais « ‘Sallou’ » (Priez), mais Il dit « ‘AQimous Salât’ » (établissez, édifiez, enrichissez la prière).

 

·        Quand on venait près du Prophète (pbsl), on entendait un fond de pleures qui se cachait derrière sa lecture du Coran.

 

·        La chose qui importait le plus notre Prophète dans la vie d’ici bas était les deux rak’at qu’il faisait pendant la nuit.

 

 

2.   Soufiâne Atthawriy :

 

·        On dit que quand on le voyait prier on aurait dit qu’il allait mourir à cet instant. Il y a un hadith qui dit « Priez la prière du partant ». Priez comme si c’était votre dernière prière sur terre et que vous allez mourir juste après.

 

                                                                                                             i.      Nous disons tous « Allahou Akbar » plusieurs fois dans notre prière, mais savez-vous la signification profonde qu’a cette phrase ? Elle signifie que j’abandonne toutes mes préoccupations d’ici-bas pour Allah, « Dieu est plus Grand » que tout ce qui peut m’importer dans ce monde. Le premier « Allahou Akbar » est le plus important car si on y pense profondément c’est celui qui va couper toutes les relations, les pensées qui n’ont pas de rapport avec Allah. Puis les autres qui viennent sont des rappels. Chaque fois qu’on est distrait dans quelque chose, « Allahou Akbar », Dieu est plus Grand et plus important que cette chose.

 

 

3.   Imam Hâtem Al’Assam :

 

·        On lui demanda un jour comment il faisait pour se soumettre complètement dans sa prière et il répondit : « Je prie comme si la Kaaba était entre mes yeux, ‘As-sirâte sous mes pieds (‘As-sirâte, c’est le pont surplombant l’Enfer sur lequel nous passerons le jour du jugement), le Paradis à ma droite, l’Enfer à ma gauche, l’Ange de la mort derrière moi, le Prophète me regardant attentivement, je dit « Allahou Akbar » avec glorification, je lit avec méditation, je m’incline avec modestie, je me prosterne avec humilité et j’assemble dans ma prière ma crainte d’Allah et mon espoir de Clémence de Sa part puis je termine ma prière, en me demandant si ma prière a été acceptée ou pas ».

 

 

4.   Orwa Ibn Az-zoubayr :

 

·        Il avait une maladie à son pied et on devait lui amputer alors on lui a proposé de le droguer pour qu’il ne sentent rien, mais il refusa. On lui proposa alors de le frapper sur la tête pour l’assommer, mais c’était trop dangereux parce qu’il risquait la mort puisqu’il était très vieux. Ne sachant que faire, on lui demanda une solution et il répondit : « Laissez-moi prier, lire, méditer, m’incliner puis attendez que je me prosterne puis faites de mon pied ce que vous voulez ». Ils firent comme il a dit et attendirent qu’il se prosterne et à ce moment, le médecin commença à lui amputer son pied. Il ne criait pas, il ne faisait que dire « La ilaha illa Lah » (Il n’y a pas de divinité sinon Allah) « Astaghfirou Lâh » (je demande pardon à Allah) « Alhamdou lilah » (louanges à Allah) « Allahou Akbar » (Allah est plus Grand). Puis le sang coulait de plus en plus et on apporta de l’eau bouillante pour l’arrêter et à ce moment, ‘Orwa s’évanouit. Quand il se réveilla, il dit : « Par Allah, je n’ai rien éprouvé comme douleur jusqu’à ce que l’eau bouillante touchât mon pied ».

 

 

5.    Ali Ibn Abi Talib :

 

·        Avant la prière il devenait pâle, très pâle et on lui a demandé ce qu’il avait, pourquoi il pâlissait, alors il répondit : « Savez-vous devant qui je vais me placer ? »

 

                                                                                                             i.      A-t-on le sentiment de se placer devant Allah quand nous prions ? Pourtant c’est ce que nous faisons, parfois sans s’en rendre compte, alors comment faudrait-il se comporter ?

 

 

 

C) Comment ressentir l’humilité dans la prière ?

 

 

1.      Eviter les péchés car les péchés assombrissent et alourdissent ton cœur. Ils t’empêcheront d’avoir les larmes aux yeux et d’être influencé par la lecture du Coran. On raconte l’histoire d’une personne qui s’est rendue chez l’imam et lui a dit : « Je dors tôt, je prépare mon eau et j’ai l’intention de me lever à la prière du matin mais je n’y arrive pas » alors l’imam lui répondu : « tes pêchés t’ont ligoté ».

 

 

2.      Choisir un ensemble de sourates qu’on aime bien, les étudier et lire leur signification, leur exégèse. Puis prier en lisant ces sourates pendant la nuit.

 

a.      C’est difficile mais une forte volonté suffit pour pouvoir se lever la nuit. Allah ne mérite-t-il pas qu’on se lève pour Lui ? Nous sommes tous capables de le faire, Allah n’as pas choisi des gens à qui il ne donnent pas la possibilité de sentir l’humilité. Bien sûr, plus on étudie le Coran, plus c’est facile de se sentir proche d’Allah.

 

 

3.      Prier en groupe (Jamâ’a) : prier avec son frère, sa sœur, sa mère, son père, dans la mosquée, prier les Tarâwîh. La mosquée est très importante. Si ce n’est pas possible, prier en groupe. Il faut chercher la prière de groupe !

 

 

4.      Comprendre la signification de ‘Salât’, de la prière. Il faut savoir que chaque geste dans la prière a une influence sur le cœur du prieur :

 

a.      L’ablution : il y a un hadith qui dit que chaque geste que nous faisons pendant nos ablutions purifie non seulement le corps, mais aussi le cœur. En effet, on se rince la bouche, toutes les mauvaises paroles qu’on a dites s’effacent, on se rince le visage, toutes les choses mauvaises que nous avons vues s’effacent, etc. Donc essayons de penser à cela pendant que nous faisons nos ablutions.

 

b.      La direction : on se dirige tous avec notre corps vers la Ka ’ba. Mais notre cœur est-il dirigé vers elle ? Ne soyons pas paradoxaux, ne nous mentons pas à nous même : acceptons-nous de nous diriger vers la Ka ’ba et laisser notre cœur se diriger vers autre chose ? Prions avec sincérité, dirigeons notre cœur vers Allah.

 

c.       On dit « Allahou Akbar », (Allah est plus Grand) : rien dans mon cœur, Ô Allah, n’est plus grand que Toi. Faisons attentions à ne pas mentir, c’est-à-dire le dire avec la langue, mais le cœur ne dit pas du tout cela. Oserions-nous dire Allahou Akbar, alors que la vie est plus grande, la famille est plus importante, les jeux, l’argent, le travail, l’amour, etc. ? Du moment qu’on a dit Allahou Akbar, nous entrons directement en conversation avec Allah. Respectons-Le et soyons poli. Imaginez-vous en conversation avec le roi ou quelqu’un de très important et que vous êtes impoli ; il vous met dehors tout de suite, mais par contre, Allah est Clément, Il ne fait pas cela, Il dit : « Aurais-tu trouvé quelqu’un de meilleur que Moi pour que Tu me délaisse ? » Si nous restons impoli avec Lui, il se détourne. Imaginez-vous qu’Allah ne veux pas vous écouter !

 

d.      Puis vient le prologue, la Fatiha. Savez-vous qu’Allah réplique après chaque verset du prologue ? D’après un hadith quoudoussi voici les répliques :

 

 

1. Au nom d'Allah, le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux.

 

2. Louange à Allah, Seigneur de l'univers.

 

Ø      Mon serviteur m’a glorifié.

 

3. Le Tout Miséricordieux, le Très Miséricordieux,

 

Ø      Mon serviteur m’a exalté.

 

4. Maître du Jour de la rétribution.

 

Ø      Mon serviteur m’a complimenté.

 

5. C'est Toi [Seul] que nous adorons, et c'est Toi [Seul] dont nous implorons secours.

 

Ø      Ceci est entre Moi et mon serviteur.

 

6. Guide-nous dans le droit chemin,

 

7. le chemin de ceux que Tu as comblés de faveurs, non pas de ceux qui ont encouru Ta colère, ni des égarés.

 

Ø      Ceci est entre Moi et mon serviteur, et à lui ce qu’il demande

 

 

C’est pour cela qu’Omar Ibn Abd Al’Aziz, quand il lisait le prologue, il marquait un temps d’arrêt entre chaque verset et quand on vint lui demander pourquoi il faisait cela, il répondit : « Afin de goûter pleinement de la réplique de mon Seigneur ».

 

 

e.      Puis une sourate au choix. Il y a trois niveaux dans la lecture d’une sourate :

 

                                                                                                             i.      La langue lit, mais le cœur est absent.

 

                                                                                                           ii.      La langue lit et le cœur écoute.

 

                                                                                                         iii.      Le cœur lit et la langue traduit.

 

Pour pouvoir atteindre le troisième niveau, il faut étudier beaucoup de Coran et lire son exégèse.

 

f.        Puis les gestes habituels en essayant de penser le plus possible à ce que nous disons.

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

MAjda 14/05/2009 20:25

barak hallah o fik

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche