Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 18:41
وَالسَّمَاء ذَاتِ الْبُرُوجِ
85.1. Waalssama-i thati alburooji
85.1. Par le ciel aux constellations !

وَالْيَوْمِ الْمَوْعُودِ
85.2. Waalyawmi almawAAoodi
85.2. et par le jour promis !

وَشَاهِدٍ وَمَشْهُودٍ
85.3. Washahidin wamashhoodin
85.3. et par le témoin et ce dont on témoigne !

قُتِلَ أَصْحَابُ الْأُخْدُودِ
85.4. Qutila as-habu alukhdoodi
85.4. Périssent les gens de l'Ukhdoud ,

النَّارِ ذَاتِ الْوَقُودِ
85.5. Alnnari thati alwaqoodi
85.5. par le feu plein de combustible,

إِذْ هُمْ عَلَيْهَا قُعُودٌ
85.6. Ith hum AAalayha quAAoodun
85.6. cependant qu'ils étaient assis tout autour,

وَهُمْ عَلَى مَا يَفْعَلُونَ بِالْمُؤْمِنِينَ شُهُودٌ
85.7. Wahum AAala ma yafAAaloona bialmu/mineena shuhoodun
85.7. ils étaient ainsi témoins de ce qu'ils faisaient des croyants,

وَمَا نَقَمُوا مِنْهُمْ إِلَّا أَن يُؤْمِنُوا بِاللَّهِ الْعَزِيزِ الْحَمِيدِ
85.8. Wama naqamoo minhum illa an yu/minoo biAllahi alAAazeezi alhameedi
85.8. à qui ils ne leur reprochaient que d'avoir cru en Allah, le Puissant, le Digne de louange,

الَّذِي لَهُ مُلْكُ السَّمَاوَاتِ وَالْأَرْضِ وَاللَّهُ عَلَى كُلِّ شَيْءٍ شَهِيدٌ
85.9. Allathee lahu mulku alssamawati waal-ardi waAllahu AAala kulli shay-in shaheedun
85.9. Auquel appartient la royauté des cieux et de la terre. Allah est témoin de toute chose.

إِنَّ الَّذِينَ فَتَنُوا الْمُؤْمِنِينَ وَالْمُؤْمِنَاتِ ثُمَّ لَمْ يَتُوبُوا فَلَهُمْ عَذَابُ جَهَنَّمَ وَلَهُمْ عَذَابُ الْحَرِيقِ
85.10. Inna allatheena fatanoo almu/mineena waalmu/minati thumma lam yatooboo falahum AAathabu jahannama walahum AAathabu alhareeqi
85.10. Ceux qui font subir des épreuves aux croyants et aux croyantes, puis ne se repentent pas, auront le châtiment de l'Enfer et le supplice du feu.


إِنَّ الَّذِينَ آمَنُوا وَعَمِلُوا الصَّالِحَاتِ لَهُمْ جَنَّاتٌ تَجْرِي مِن تَحْتِهَا الْأَنْهَارُ ذَلِكَ الْفَوْزُ الْكَبِيرُ
85.11. Inna allatheena amanoo waAAamiloo alssalihati lahum jannatun tajree min tahtiha al-anharu thalika alfawzu alkabeeru
85.11. Ceux qui croient et accomplissent les bonnes oeuvres auront des Jardins sous lesquels coulent les ruisseaux. Cela est le grand succès.

إِنَّ بَطْشَ رَبِّكَ لَشَدِيدٌ
85.12. Inna batsha rabbika lashadeedun
85.12. La riposte de ton Seigneur est redoutable.

إِنَّهُ هُوَ يُبْدِئُ وَيُعِيدُ
85.13. Innahu huwa yubdi-o wayuAAeedu
85.13. C'est Lui, certes, qui commence (la création) et la refait.

وَهُوَ الْغَفُورُ الْوَدُودُ
85.14. Wahuwa alghafooru alwadoodu
85.14. Et c'est Lui le Pardonneur, le Tout Affectueux,

ذُو الْعَرْشِ الْمَجِيدُ
85.15. Thoo alAAarshi almajeedi
85.15. Le Maître du Trône, le Tout Glorieux,

فَعَّالٌ لِّمَا يُرِيدُ
85.16. FaAAAAalun lima yureedu
85.16. Il réalise parfaitement tout ce qu'Il veut.

هَلْ أَتَاكَ حَدِيثُ الْجُنُودِ
85.17. Hal ataka hadeethu aljunoodi
85.17. T'est-il parvenu le récit des armées,

فِرْعَوْنَ وَثَمُودَ
85.18. FirAAawna wathamooda
85.18. de Pharaon, et de Tamud ?

بَلِ الَّذِينَ كَفَرُوا فِي تَكْذِيبٍ
85.19. Bali allatheena kafaroo fee taktheebin
85.19. Mais ceux qui ne croient pas persistent à démentir,

وَاللَّهُ مِن وَرَائِهِم مُّحِيطٌ
85.20. WaAllahu min wara-ihim muheetun
85.20. alors qu'Allah, derrière eux, les cerne de toutes parts.

بَلْ هُوَ قُرْآنٌ مَّجِيدٌ
85.21. Bal huwa qur-anun majeedun
85.21. Mais c'est plutôt un Coran glorifié

فِي لَوْحٍ مَّحْفُوظٍ
85.22. Fee lawhin mahfoothin
85.22. préservé sur une Tablette (auprès d'Allah).

A Ecouter:

Bissmi-LLehi Rahmani-Rahim


Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans Coran
commenter cet article
8 janvier 2008 2 08 /01 /janvier /2008 18:33
 

Jeffrey Lang est un professeur américain en mathématiques, il s'est convertit à l'islam et raconte son histoire dans son livre: " le combat pour la foi", et dernièrement il a publié ses livres:"même les anges demandent"et "le voyage de l'islam vers l'Amérique"
Il nous raconte lui même son histoire:
" c'était une petite chambre, il n'y avait pas de meuble, sauf un tapis rouge , il n'y avait aucune décoration sur ses murs gris, et il y avait aussi une petite fenêtre d'où pénétrait une petite lumière, nous étions tous dans des rangs, moi j'étais dans le troisième rang, je ne connaissais aucun d'eux, nous nous courbions tous dans un mouvement monotone jusqu'à ce que nos fronts touchent la terre; le temps était calme, et une vague de sérénité régnait, j'ai regardé devant moi et une personne nous dirigeait, debout sous la fenêtre, elle portait une tenue blanche...je me suis réveillé de mon sommeil! J’ai vu ce rêve là plusieurs fois durant ces dix dernières années, et je me réveille toujours paisible après ». 
   A l'université de San Francisco; j'ai fait la connaissance d'un étudiant arabe que j'enseignais, et j'ai noué une bonne relation avec lui, il m'avait offert une copie du Coran, et quand je l'avais lu pour la première fois, j'ai senti comme si c'était le Coran qui "me lisait"!
Et un jour j'ai voulu rendre visite à cet étudiant à la mosquée de l'université, j'ai descendu les escaliers et je me suis trouvé devant la porte. Redoutant d’entrer, je suis donc remonté et j'ai pris une longue respiration, ensuite je suis redescendu et j'ai senti que mes pieds ne pouvaient plus me porter , j'ai posé ma main sur le passe de la porte , et je tremblais, puis je suis remonté une deuxième fois , et je me suis senti vaincu... j'ai pensé à retourner à mon bureau...plusieurs secondes se sont écroulées , des secondes pleines de mystères, des secondes qui m'ont poussé à regarder vers le ciel, et là le combat s'est achevé et j'ai fait une prière vers le ciel:
"Mon Dieu offrez moi la force d'entrer à la mosquée si tel est votre volonté.."
   J'ai descendu les escaliers, j'ai poussé la porte, à l'intérieur j'ai trouvé deux jeunes hommes qui discutaient, ils m'ont salué, et l'un d'eux m'a demandé si je voulais savoir quelque chose sur l'islam? J'ai répondu: "oui, oui......je le veux". Et après une longue conversation, j'ai montré ma volonté de me convertir à l'islam, l'Imam m'a alors dit: " dit: J'atteste " j'ai répété: "J'atteste", et il dit: "Qu'il n'y a pas de Dieu - je croyais toute ma vie à cette expression - sauf Allah", j'ai répété après lui, et il continua:"et que Mohamed et le prophète de Allah",je l'ai répété après lui.
Ces mots étaient comme des gouttes d'eau pures fraîches qui coulaient dans la gorge brûlée de soif d'un homme qui a failli mourir assoiffé!!
...je n'oublierai jamais ces moments où j'ai prononcé l'attestation pour la première fois, c'était le moment le plus difficile pour moi dans ma vie certes, mais c'était aussi le moment le plus fort et le plus libre.
   Deux jours après, j'ai appris ma première prière de "Djoumouaa"(prière du vendredi), l'Imam récitait le Coran, nous étions derrière lui, rangés épaule contre épaule, nous bougions comme si nous formions un seul corps, j'étais au troisième rang, nos fronts touchaient le tapis rouge, le temps calme régnait!! L’Imam était sous une petite fenêtre d'où pénétrait une petite lueur, il portait une tenue blanche!! Je me suis dit avec force: "oui c'est le rêve! Ce même rêve!!"...je me suis demandé: "est ce que je suis dans le rêve?" mes yeux étaient remplis de larmes,"assalamou alaïkoum wa rahmatou allah" (paix et clémence d'Allah sur vous) c’est la fin de le prière, et je me suis mis à observer les murs gris !! j'ai ressenti un frisson, car c'est la première fois que j'ai senti l'amour, cet amour qui ne s'obtient qu'avec le retour vers Allah!      (1)
"Par l'audace de mon esprit, par les battements de mon coeur
Par un amour qui a envahit tout mon être et qui demande"
"Je t'ai prié mon Dieu pour que tu sois content de moi
Et j'implore Ta satisfaction mon Dieu par mon amour à Toi "   (2)
   Et quand on pose la question au docteur Lang à propos de sa conversion à l’Islam, il répond:
"A un moment donné de ma vie, Dieu m'a aidé par sa clémence et son vaste savoir, quand je souffrais dans mon intérieur. C'était une souffrance et une douleur infernale, j'avais une grande capacité à remplir ce vide spirituel dans mon coeur,... et je suis devenu musulman...Avant l'Islam, je ne connaissais pas du tout le sens de l'amour, mais quand j'ai lu le Coran , une vague de miséricorde et de douceur a envahit mon coeur, j'ai senti cet amour perdurer dans mon coeur, ce qui m'a guidé vers l'Islam c'est bien cet amour irrésistible envers Allah"(3)
   "L’Islam c'est la soumission à la volonté de Allah, c'est un chemin qui guide à une élévation sans frontières, et à des degrés illimités de paix et de quiétude, c'est un moteur à toutes les capacités humaines, c'est le dévouement spontanée du corps, de la raison, du coeur et de l'esprit...(4)
   "Le coran c'est ce noble livre qui m'a pris de force, qui a possédé mon coeur, qui m'a fait soumettre à Allah, le Coran attire son lecteur à l'instant extrême, quand il lui semble qu'il est seul debout face à son Créateur..  (5)
   Et quand tu prends le Coran entre tes mains et que tu le lis attentivement, tu ne peux pas le lire indifféremment, il porte sur toi comme s'il en avait des droits.. il te parle, il te critique, t'intimide et te tient tête...j'étais de l'autre côté, et c'était évident que celui qui a envoyé ce livre me connaissait plus que je ne me connaissais moi même; le coran me dépassait toujours dans ma pensée, il répondait à me questions, et chaque nuit avant de dormir je posais mes questions et oppositions, mais je découvrais la réponse le lendemain, j'ai fait face à moi même à travers les pages du Coran...(6)
   Après mon Islam, j'ai fait des efforts pour assister aux prières afin d'écouter le son de la récitation du Coran, malgré que je ne connaissais pas l'arabe, quand on m'a demandé pourquoi, j'ai répondu:" pourquoi le petit nourrisson se calme à la voix de sa maman? Je souhaiterai vivre sous la protection de ce son jusqu'à l'éternité" (7)
"La prière est le principale instrument de mesure quotidien du degrés de la soumission du croyant à son Dieu, et quels beaux et merveilleux sentiments, quand tu t'inclines à ton Créateur par terre, de façon stable, tu sens que tu es transporté soudainement au paradis, tu respires de son air, tu sens de sa terre, tu savoures ses parfums, comme si tu as failli quitter cette terre, et que tu es entre les bras de l'amour pour ton Dieu.."(8)
"La prière du Fadjr (l'aube) est la plus émouvante des prières, il y a une certaine envie qui te pousse à te réveiller, alors que tout le monde dort, pour écouter le son du Coran qui remplit cette atmosphère nocturne si calme, tu sens comme si tu quittais ce monde et que tu voyageais avec les anges pour implorer ton Dieu à l'aube"(9)
Et pour conclure l'histoire du docteur Jeffrey Lang, on va citer son invocation à son Dieu: "Mon Dieu si je me tourne une seconde fois vers l'infidélité dans ma vie, mon Dieu tuez moi avant que cela ne se produise et sauvez moi de cette vie; mon Dieu je ne saurai survivre un jour sans croire en toi"  (10) .
Écrit par: le docteur  Abdel Mootti Eddalati
Traduit par Ihsene Taihi
source:
Références:
(1) résumé des deux livres: "le combat pour la foi" et " même les anges demandent". Mathématicien certes, mais ces paroles sont inondées d’émotions et de sentiments. Pour dire, ni les mathématiques ni la physique n’en sont exempts.
 (2) des vers du Divan de "Abdel Mootti Eddalati"
(3) "même les anges demandent" p.211-280
(4) même livre p.75
(5) même livre p.209
(6) "le combat pour la foi" p.34
(7) même livre p.120
(8)"même les anges demandent" p.366
(9) "le combat pour la foi" p.111
(10) "même les anges demandent" p.234


source: 55a.net
Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans ~Témoignages ~
commenter cet article
1 décembre 2007 6 01 /12 /décembre /2007 19:22



Image:Pink rose albury botanical gardens02.jpg


l'equipe de Anwaroul-islam qui est composé de moi (Bouchra) et mon mari vous informe de  notre depart au HAJJ incha-ALLAH. De se fait il ne sera plus  publier d'autre articles, nous vous demandons de nous excuser  pour  cette absence qui durera plus de 3 semaines.

qu-ALLAH vous protege et vous guide toujours  vers le droit chemin. 

Baraka-ALLAH fikom ajma3ine

Repost 0
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 20:47





Il était une fois un homme pieux qui se trouvait à La Mecque. Il n’avait plus d’argent, il souffrait de la faim, il était presque sur le point de mourir. Pendant qu’il marchait dans une des ruelles de La Mecque, il trouva un collier de valeur, très précieux. Il prit donc le bijou et se rendit à la sainte Mosquée.

Là, il trouva un homme qui cherchait le collier. Ce dernier lui décrivit le bijou sans se tromper ; l’homme pieux lui donna donc le collier en espérant recevoir quelque chose en retour mais le propriétaire prit le bijou et partit sans rien lui donner... L’homme pieux fit cette invocation : "Ô mon Dieu, j’ai renoncé à ce collier pour Toi, remplace-le moi par quelque chose de meilleur."

Plus tard, l’homme partit en direction de la mer, il monta dans une barque mais un ouragan se déchaîna et l’embarcation fut détruite. L’homme pieux s’accrocha à un morceau de bois, il flottait ainsi à la surface de l’eau, le vent le faisait dériver jusqu’à ce qu’il atteignit une île. Là, il trouva une mosquée où des gens priaient, il pria donc puis se mit à lire le Coran. Les gens de l’île lui dire : "Tu lis le Coran ?"

Il répondit : "Oui"

Ils dirent : "Enseigne le Coran à nos enfants, s’il te plait"

Il commença donc à leur enseigner et recevait un salaire pour cela. Lorsque les gens virent qu’il savait également écrire, ils lui demandèrent d’apprendre l’écriture à leurs enfants, ce qu’il fit et il en fut rémunéré.

Les habitants de l’île dirent à l’homme pieux : "Il y a ici une orpheline dont le père, qui est décédé, était un homme de bien. Voudrais-tu l’épouser ?"

Il répondit : "D’accord."

Il se maria donc et trouva que sa femme portait le même collier que celui qu’il avait trouvé à La Mecque ! Il lui demanda alors : "Quelle est l’histoire de ce bijou ?"

Elle lui raconta que son père, un jour, perdit ce collier à La Mecque et qu’un homme le lui avait rendu. Son père, depuis ce jour, invoquait Dieu, dans la prosternation, de donner à sa fille un époux comme cet homme qui lui avait rendu le collier. L’homme pieux dit alors à sa femme : "Je suis cet homme..."

 

 


 

Leçons à tirer de cette histoire

-  L’homme pieux a résisté à la tentation de garder le collier pour lui alors qu’il avait très faim et avait besoin d’argent. L’épreuve était difficile mais il a tenu bon et Dieu Le Généreux Qui donne sans compter, lui a accordé plusieurs récompenses, à savoir : le meilleur travail possible c’est-à-dire enseigner le Coran, un endroit pour vivre et une épouse. Soubhanallah :

-  Il ne faut pas désespérer du secours divin, même dans les situations les plus difficiles. Regarde cet homme, il a failli mourir de faim puis de noyade mais Dieu l’a sauvé de tous ces dangers al hamdoulillah...

-  Le fait d’apprendre et de savoir faire quelque chose permet de trouver un travail. Cet homme savait lire et écrire, et cela lui a permis de travailler dans l’île. Chacun de nous est bon dans quelque chose, à nous de trouver dans quoi afin de développer le ou les dons que Dieu nous donne afin de participer au bien de tous.

-  Dieu Le Très Haut aime les patients et les pieux et répond à leurs invocations. Ainsi, lorsque l’homme pieux ne reçut rien pour avoir rendu le collier, il ne s’est pas énervé contre le propriétaire du bijou, au contraire, il a patienté et a invoqué Dieu. Allah, Le Généreux par excellence, a répondu à sa demande avec une générosité incroyable, digne de Sa Majesté. D’ailleurs la réponse de Dieu à l’invocation de l’homme pieux est un très grand miracle qui nous enseigne qu’il ne faut jamais désespérer de la miséricorde et des bienfaits de notre Créateur Unique et Tout Puissant Qui fait ce qu’Il veut, comme Il le veut et quand Il le veut car Il est capable de tout et que rien ne Lui est impossible. Louange à Lui pour l’éternité.

Que Dieu vous guide sur le droit chemin, ainsi que vos familles, qu’Il vous facilite le jeûne du mois de Ramadan, qu’Il vous aime, vous protège et qu’Il vous accorde le meilleur ici-bas et dans l’au-delà Amine.

 

 

Louange à Dieu, Seigneur des mondes

 

 

Référence : Ne sois pas triste Dr ’Aid al Quarni (en arabe)

Imane T.

Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans petite histoires et Sagesses
commenter cet article
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 21:41
Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans Rappels
commenter cet article
22 novembre 2007 4 22 /11 /novembre /2007 21:03
وَالسَّمَاء وَالطَّارِقِ
86.1. Waalssama-i waalttariqi
86.1. Par le ciel et par l'astre nocturne


وَمَا أَدْرَاكَ مَا الطَّارِقُ
86.2. Wama adraka ma alttariqu
86.2. Et qui te dira ce qu'est l'astre nocturne ?


النَّجْمُ الثَّاقِبُ
86.3. Alnnajmu alththaqibu
86.3. C'est l'étoile vivement brillante.

إِن كُلُّ نَفْسٍ لَّمَّا عَلَيْهَا حَافِظٌ
86.4. In kullu nafsin lamma AAalayha hafithun
86.4. Il n'est pas d'âme qui n'ait sur elle un gardien.

فَلْيَنظُرِ الْإِنسَانُ مِمَّ خُلِقَ
86.5. Falyanthuri al-insanu mimma khuliqa
86.5. Que l'homme considère donc de quoi il a été créé.

خُلِقَ مِن مَّاء دَافِقٍ
86.6. Khuliqa min ma-in dafiqin
86.6. Il a été créé d'une giclée d'eau


يَخْرُجُ مِن بَيْنِ الصُّلْبِ وَالتَّرَائِبِ
86.7. Yakhruju min bayni alssulbi waalttara-ibi
86.7. sortie d'entre les lombes et les côtes.

إِنَّهُ عَلَى رَجْعِهِ لَقَادِرٌ
86.8. Innahu AAala rajAAihi laqadirun
86.8. Allah est certes capable de le ressusciter.

يَوْمَ تُبْلَى السَّرَائِرُ
86.9. Yawma tubla alssara-iru
86.9. Le jour où les cœurs dévoileront leurs secrets,

فَمَا لَهُ مِن قُوَّةٍ وَلَا نَاصِرٍ
86.10. Fama lahu min quwwatin wala nasirin
86.10. Il n'aura alors ni force ne secoureur.

وَالسَّمَاء ذَاتِ الرَّجْعِ
86.11. Waalssama-i thati alrrajAAi
86.11. Par le ciel qui fait revenir la pluie !


وَالْأَرْضِ ذَاتِ الصَّدْعِ
86.12. Waal-ardi thati alssadAAi
86.12. et par la terre qui se fend !

إِنَّهُ لَقَوْلٌ فَصْلٌ
86.13. Innahu laqawlun faslun
86.13. Ceci [le Coran] est certes, une parole décisive [qui tranche entre le vrai et le faux],


وَمَا هُوَ بِالْهَزْلِ
86.14. Wama huwa bialhazli
86.14. et non point une plaisanterie frivole !


إِنَّهُمْ يَكِيدُونَ كَيْداً
86.15. Innahum yakeedoona kaydan
86.15. Ils se servent d'une ruse,

وَأَكِيدُ كَيْداً
86.16. Waakeedu kaydan
86.16. et Moi aussi Je me sers de Mon plan.


فَمَهِّلِ الْكَافِرِينَ أَمْهِلْهُمْ رُوَيْداً
86.17. Famahhili alkafireena amhilhum ruwaydan
86.17. Accorde (ô Prophète) donc un délai aux infidèles : accorde-leur un court délai.
 

A  Ecouter:

Bissmi-LLehi Rahmani-Rahim
Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans Coran
commenter cet article
21 novembre 2007 3 21 /11 /novembre /2007 15:32
Voici la description de la prière de consultation telle que rapportée par Djabir Ibn Abd Allah as-Sulami « Le Messager d’Allah apprenait à ses compagnons à consulter [Allah] en toute affaire  comme il leur apprenait une sourate du Coran : il dit :

Quand l’un de vous projette une affaire, qu’il accomplisse deux rak’a surérogatoires puis qu’il dise :

Seigneur Allah, je viens prendre conseil auprès de Ta science et prendre force dans Ta force. Je viens Te demander de Ta générosité infinie. Car Tu es capable et je suis incapable , Tu sais et je ne sais pas et c’est Toi le Grand Connaisseur des mondes inconnus. Seigneur Allah, si Tu sais que cette affaire est pour moi une source de bien pour ma religion , pour ma vie ici-bas et pour ma destinée future ( ou il a dit : pour mon présent et pour mon future) , destine le moi facilite-moi sa réalisation et bénis-la moi.Et si tu sais que cette affaire est pour mois une source de mal pour ma religion, pour ma vie d’ici-bas et pour ma destinée future (ou il a dit : pour mon présent et pour mon future ) détourne là de moi et détourne-moi d’elle. Prédestine-moi le bien où il se trouve et inspire moi s’en la satisfaction.

[ Rapporté par Boukhari 6841. D’autre versions sont citées par at-Tarmidhi, an-Nassaï, Abou Dawoud, Ibn Madja et Ahmad]

Allâhumma innî astakhîruka bi'ilmika, wa astaqdiruka biqudratika, wa as-aluka min fadlikal-azim,
fa'innaka taqdiru wa lâ aqdir, wa ta'alamu wa lâ a'alam, wa anta 'allâmul-ghuyûb
Allâhumma in kunta ta'alamu anna hâdhal-amra ( wa yusammî hâdjatah ) khaïrun lî fî dînî
wa ma'âshî wa âqibati amrî faqdirhu lî wa yas'sirhu lî thumma bârik lî fîhi,
wa in kunta ta'alamu anna hâdhal-amra sharrun lî fî dînî wa ma'âshî wa âqibati amrî
fas'rifhu annî was'rifnî anhu, waqdir lî alkhaïra haïthu kâna thumma ardinî bih

MP3

 

      Dans son commentaire du hadith , Ibn Hadjar a dit :

«  Al-istikhara est un nom.   Istakhara Allah signifie :
Il demande à Allah de lui inspirer le bon choix, de l’orienter vers la meilleure entre deux choses dont on a besoin.

Au sujet des propos : «  le Prophètenous apprenait à consulter (Allah) dans toutes les affaires »

Ibn Abi Dajma dit : C’est une affirmation générale qui a une signification restreinte. En effet, l’obligatoire et le recommandé ne peuvent pas faire l’objet d’une consultation. De même l’interdit et le réprouvé ne peuvent pas faire l’objet d’une consultation pour savoir s’il faut les abandonner ou pas. Aussi la consultation se limite–t- elle au licite et au recommandé qui comporte des aspects antinomiques ou duquel il faudrait se contenter.

      Je dis que la généralité englobe les choses importantes et significatives. Car parfois une affaire anodine peut avoir de graves conséquences.

   Les propos « Quand l’un de vous projette une affaire » sont exprimés dans le hadith d’Ibn Mass’oud ainsi : « Quand l’un de vous veut une affaire qu’il dise »

Les propos : « Qu’il accomplisse deux rak’a surérogatoires » excluent la prière du matin, par exemple.

       Dans al Adhkar , An-Nawawi dit : «  Si l’on récitait l’invocation de consultation au terme de la prière du Zuhr par exemple ou à l’issue d’une autre prière surérogatoire régulière ou libre, il semble qu’on peut dire, si l’intéressé a eu l'intention de doubler la prière obligatoire d’une prière de consultation cela lui suffit. En revanche, sans l’intention ( il faut une prière de consultation à part).»

       Ibn Abi Djama dit : «  La sagesse qui veut que la prière précède l’invocation repose sur le fait que par la consultation on entend réunir les biens d’ici-bas et ceux de l’au-delà, ce qui nécessite qu’on frappe à la porte du Roi. Or rien n’est plus efficace ni plus apte à réussir dans cette entreprise que la prière qui implique la glorification d’Allah, Sa louange et la manifestation du besoin de lui dans le médiat et l’immédiat.»

 

  Ses propos : «  Puis qu’il dise  » indiquent que l’invocation est à réciter à l’issue de la prière. Mais il se peut que l’ordre ne concerne que le dhikr et l’invocation à dire habituellement après la prière. Si tel est le cas, l’intéressé récite l’invocation de consultation après les invocations du tashahhoud et avant le salut final.

Dans l’expression : "Allahoumma inni astakhirouk bi ilmika » la particule «  bi » indique la causalité. C'est-à-dire parce que tu sais mieux. Elle a la même signification que dans : «  bi qudratika » . Elle peut aussi indiquer une sollicitation.

C’est-à-dire je te demande de me donner la force d’acquérir ce qui est  recherché . La phrase peut signifier également : je te demande de le décréter à mon profit, c’est-à-dire de le faciliter.

Ses propos : « Wa as’alouka min fadhlika » renferment une allusion aux grâces accordées par le Maître. Car personne n’a droit à ses bienfaits selon la doctrine sunnite.

Ses propos : «  Fa innaka taqdirou wa la aqdiwou wa ta’lamou wa la a’lamou » impliquent une allusion au fait que science et puissance appartiennent exclusivement à Allah et que le serviteur n’en possède que ce qu'Allah lui en donne.

Ses propos: «  Allahoumma in kounta t’alamou anna hadha al amra »  Une version ajoute : «  Thoumma youssoummihi bi aynihi » Il paraît que cela signifie que l’intéressé doit préciser son besoin. Il est aussi possible qu’il l’ait présent à l’esprit au moment de réciter l’invocation.

Ses propos: « Faqdourhou li » signifient réalise-le pour moi: «  Fasrifhou anni wasrifni anhou » c'est-à-dire : fait en sorte que mon  coeur en soit complètement détourné.

Ses propos : «  Wa radhhini bihi » signifient : fais que j’en sois satisfait de sorte à ne pas regretter de l'avoir recherché et obtenu. Car je n’en connais pas l’aboutissement même si, au moment de le demander, je m’en contentais. Le secret ici consiste à empêcher son coeur de rester attaché à l’objet de façon à le priver de la quiétude. Car la vraie complaisance consiste dans la satisfaction de l’âme du destin »

 Voilà un bref extrait du commentaire d’Ibn Hadjar
Sur le hadith cité dans le chapitre des prières et le sous chapitre du Tawhid du Sahih de Boukhari.

 

 Combien de fois faut-il entreprendre la consultation  ?

   Il n’y a aucun inconvénient à répéter  la consultation si l’intéressé n’est pas rassuré. L’érudit al-Moubarakfouri dit dans son commentaire sur at-Tirmidhi : " Est-il recommandé de répéter  la prière et l’invocation pour la même affaire  si l’intéresse ne découvre  rien de rassurant qui lui permette de savoir s’il faut ou pas entreprendre ? "  Al-Iraqi dit : il paraît que c’est recommandable » voir Touhfatou al-Ahtwadhi, 2/593.

    Il n’existe aucun délai déterminé pour effectuer la prière de consultation et il est permis de répéter la prière plusieurs fois. Aucun nombre n’est fixé, et le prieur peut faire des invocations avant et après le clôture de la prière .

 

La réponse est-elle indiquée en rêve exclusivement  ?

   Parmi les fausses croyances entretenus par la masse figure celle qui veut qu’on se livre au sommeil immédiatement après la consultation et que l’on considère les bonnes choses vues en rêve comme un bon augure qui signifie que l’entreprise est bonne et qu’il peut s’y engager, et que l’on juge qu’en l’absence d’un rêve  on doit s'abstenir. Ce n’est point un indice valable comme nous le savons.

      Quand on a accompli la consultation comme la religion la recommande, on s’engage dans l’affaire sans attendre  un rêve ou un autre signe. D’aucuns croient que si l’on s’endort immédiatement après la consultation, on doit en voir le résultat en rêve. Cette croyance est fausse car parfois on ne voit rien du tout en rêve. C’est pourquoi le musulman doit se contenter de ce que la Charia lui enseigne et se conformer aux exigences de la sagesse. Il peut aussi consulter les hommes sûrs et raisonnables et réfléchir à ses affaires et examiner ce qui lui paraît le plus convenable. Une fois qu’il s'apprête à prendre une décision ou penche vers une action, il entreprend alors la consultation religieuse puis exécute sa décision tout en étant certain qu’Allah l’assistera à faire le bon choix.

      L’analyse que nous venons de faire ne signifie pas que le sentiment de soulagement qui envahit l’intéressé ( après la consultation ne fait pas partie des bons ) signes.   Elle signifie qu’il ne faut pas en faire l’unique signe décisif sur la bonté de l’entreprise. L’homme procède souvent à la consultation à propos d’une affaire qu’il aime et pour laquelle il est bien disposé dès le départ.

      A propos du sentiment de soulagement, Cheikh Ibn Taymiya   dit : «  Une fois Allah consulté, on doit penser que le choix d’Allah réside en ce à quoi on se sent à l’aise et le trouve facile . » Madjmou’ al-fatawa , 10/539. Aussi existe t-il une différence (énorme ) entre celui qui fait du soulagement l’unique signe et celui qui en fait un signe parmi d’autres. Wa lahou A'alam - Et Allah le sait mieux.

Cheikh Mouhamed Saleh el Mounajeed

Repost 0
13 novembre 2007 2 13 /11 /novembre /2007 16:59

Name: 1.jpg Views: 173 Size: 66.4 KB

Name: 2.jpg Views: 165 Size: 54.5 KB

Name: 3.jpg Views: 161 Size: 40.1 KB

Name: 4.jpg Views: 163 Size: 70.5 KB

Name: 5.jpg Views: 164 Size: 35.3 KB


Name: 6.jpg Views: 155 Size: 64.8 KB

Name: 7.jpg Views: 160 Size: 94.7 KB

Name: 8.jpg Views: 158 Size: 70.5 KB

Name: 9.jpg Views: 151 Size: 64.0 KB

Name: 10.jpg Views: 150 Size: 53.3 KB


 
Repost 0
Published by Bouchra & Samir - dans Rappels
commenter cet article
24 octobre 2007 3 24 /10 /octobre /2007 20:10
Par Elkahil Abd Daim
Les savants ont récemment découvert que la lait maternel est, sans conteste,  l’aliment le plus complet pour le nourrisson, et que le nourrisson ne profite de ses bienfaits que si la mère l’allaite pendant 2ans entiers ! telle est la conclusion de l’organisation mondiale de la santé durant le 21eme siècle, affirmée par le coran depuis quatorze siècle !
 
    Les médecins estimaient que l’allaitement naturel ne permettait que l’établissement d’un lien émotionnel entre l’enfant et sa mère, rien de plus ! Mais après un demi siècle de recherches on a commencé à découvrir les avantages de cet allaitement.
On a découvert également des anticorps, dits aussi immunoglobulines dans le lait maternel ;  ces anticorps sont dirigés contre toutes sortes de bactéries et de virus.
On a aussi découvert que le nombre de bactéries présentes dans les intestins d’un enfant qui se nourrit de lait de vache est 10 fois plus important que le nombre de bactéries présentes chez l’enfant qui se nourrit du lait maternel . [1]
Les vertus de l’allaitement maternel :
Le lait maternel, qui protège l’enfant de nombreuses maladies, est certes le meilleur nutriment pour l’enfant comme l’a déclaré l’Académie Américaine de Pédiatrie : [2]
Le lait maternel contient toujours des proportions de protéines de glucides et de lipides, différentes des proportions dans les autres laits.
Ce lait a toujours une température adéquate et idéale pour l’enfant !
Les avantages pour  l’enfant :
-les anticorps de la famille des immunoglobulines aident a protéger l’organisme de l’enfant contre les différentes agressions virales a la quelles le corps est confronté durant les premiers mois. Ces anticorps aident aussi dans le développement du système immunitaire et son renforcement.        
-le lait maternel contient des éléments immunitaires appelés « mucines » qui contiennent beaucoup de protéines et des «hydrates de carbone » et ce sont des substances qui adhèrent aux bactéries et aux virus et l’éliminent complètement sans effets secondaires, contrairement aux médicaments. [9]
-la quantité de protéines dans le lait de vache est le double de la quantité dans le lait maternel, mais comme l’enfant ne peut pas absorber toute cette quantité, il y aura alors stockage de cet excès de protéines ce qui favorise des complications. Alors que les protéines du lait maternels sont absorbés a 100 %.
Les recherches ont affirmé aussi que la durée de la digestion complète du lait maternel est de 15 minutes alors que celle du lait de vache dépasse les 60, ce qui épargne du temps et de l’effort a l’organisme de l’enfant. [1]                                                   
          
 Tous les médecins déclarent que le lait maternel est dépourvu de bactéries et qu’il est meilleur pour  l’enfant que n’importe quel autre lait industrialisé ,car les biberons même stérilisés  présentent des vecteurs de bactéries.
-le lait maternel aide au développement correct du système digestif. [9]
-le lait maternel donne à l’enfant un équilibre psychique et aide au sommeil, c’est le meilleur calmant pour l’enfant ! [3]
- le lait maternel diminue le risque d’allergie pour l’enfant et peut même en prévenir.  
-parmi les méfaits du lait de vache est le fait qu’il multiplie la probabilité d’atteintes d’un cancer huit fois. [4]   
           
L’allaitement naturel :
Protége l’enfant de diverses maladies respiratoires tel que  l’asthme.
Protège l’enfant contre les maladies de l’oreille et son inflammation.
Protège l’enfant de la maladie de la mort subite (SIDS)
Protège l’enfant des cancers qui surviennent durant les 6 premiers mois.
Protège l’enfant contre des maladies rhumatologiques tel que le rachitisme, ainsi que contre des maladies gastriques.
 
Les avantages pour la mère :
- des études effectuées dans 30 pays ont prouvé que la mère qui donne le sein a son enfant est moins exposée au cancer du sein. [5]
-l’allaitement maternel favorise le retour à la taille normale du vagin après qu’il s’est dilaté 20 fois pendant l’accouchement. Ainsi, il protège la mère contre le cancer du vagin et de l’endomètre. [9]
-l’allaitement aide la nouvelle mère a perdre du poids et la protège de l’obésité. [6]
 C’est aussi un calmant naturel et pour la mère et pour l’enfant.
Les bienfaits pour la société :
-l’allaitement naturel n’est pas coûteux contrairement a l’allaitement artificiel, d’après l’Académie Américaine de Pédiatrie si les États-Unis suivaient la méthode de l’allaitement maternel elles épargneraient 3600 millions de dollars chaque année !! [7]
-l’allaitement a des effets positifs sur l’environnement puisqu’il nous évite les déchets dues a l’industrie des boites, du séchage du lait de vache et de cette façon diminue la pollution. [8]                                                     
  
 Parmi les avantages du lait maternel est que la peau du bébé qui se nourrit du lait de sa mère est plus douce, ainsi que sa vue est meilleure que celles du bébé qui se nourrit du lait de vache. Comme on a remarqué aussi que l’odeur des celles de l’enfant nourrit pas le lait maternel est moins désagréables  que celles de l’enfant nourrit par un autre lait. [10] 
 è En conclusion le lait de vache est le meilleur nutriment venant des vaches pour les bébés-vaches  et le lait maternel est le meilleur nutriment venant des humains pour le bébé-humain, ainsi Dieu a créé pour chaque espèce son nutriment comme il est dit dans le verses 2 de sourate Alforkan :
« et qui a créé toute chose en lui donnant ses justes proportions »(Alforkan 2)
Ce sont les dons que dieu t’a donné toi l’être humain depuis ta tendre enfance alors que tu ne réalisait encore rien, alors te souviens tu de tout ce que dieu t’as donné ?
(ibrahim 34 ) «  Il vous a accordé de tout ce que vous Lui avez demandé. Et si vous comptiez les bienfaits d'Allah, vous ne sauriez les dénombrer. L'homme est vraiment très injuste, très ingrat »
Quelle est la meilleure période pour l’allaitement ?
D’après des études de l’organisation mondiale de la santé et celles de l’UNICEF, on a pu démontré que la durée idéale de l’allaitement est de deux ans : l’enfant pendant les 2 premières années de sa vie a énormément besoin d’un lait stérilisé comme celui de sa mère puisque durant cette période son corps est encore incapable de se défendre complètement contre les agressions bactériennes et virales.
D’après les chercheurs, le foetus dans le ventre de sa mère puise les anticorps anti-viraux directement de l’organisme de sa mère, mais après l’accouchement le nouveau né se trouve exposé a énormément d’agressions externes c’est pourquoi il a besoin d’une immunité supplémentaire qu’il acquis depuis le lait de sa mère. Gloire a dieu qui lui a accordé cette source naturelle de défense.
En 2001, l’organisation mondiale de la santé a organisé un séminaire sous le nom de « complementary feeding » au terme duquel elle a déclaré que : [11]
( The first two years of a child’s life are a critical window during which the foundations for healthy growth and development are built. Infant and young child feeding is a core dimension of care in this period.   )
èLesdeux premières années de la vie de l’enfant sont une fenêtre sensible durant les quelles il y a constitution des éléments indispensables a la croissance et au développement de l’organisme c’est pourquoi la qualité de la nutrition durant cette période est capitale.
Et c’est ainsi que  les médecins affirment qu’aucun élément nutritif ne peut remplacer le lait maternel  puisqu’il est le seul à contenir des anticorps de défense pour se protéger contre les agressions extérieures durant ces deux premières années les plus critiques de l’enfance.
De nos jours les savants déclarent que : [12]
After a child reaches 2 years of age, it is very difficult to reverse stunting that has occurred earlier
èAprès l’age de deux ans c’est très improbable qu’un élément inhibant la croissance se déclare, alors que ce n’est pas le cas avant cet âge.
Ils ont aussi déclaré que l’allaitement maternel qui dure 24mois protège la mère contre le cancer de l’ovaire et fait chuter sa probabilité d’apparition au 1/3. [13]                                                  
L’age le plus important est le plus critique de l’enfance est les 2 premières années durant lesquelles l’enfant est exposé à diverses agressions telle que La diarrhée. Et le lait maternel avec les anticorps qu’il apporte à l’enfant aide son organisme à faire face a ces agressions. En dépit de tous les résultats qu’ils ont découvert, le savoir des médecins sur les avantages du lait maternel reste très limité et il reste encore beaucoup à découvrir.   
 Que déclare le Coran a propos de la durée de l’allaitement ? 
L’allaitement dans le coran :
Observons cher lecteur les paroles de Dieu le tout puissant : (Albakara -233)
« 233. Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés deux ans complets »
Ceci est un appel divin rempli de miséricorde qui incite les mères à allaiter leurs enfants 2 ans complets. Et ce message comprend 3 miracles médicinaux :
1/ « Et les mères, qui veulent donner un allaitement complet, allaiteront leurs bébés »
   Dieu a ordonné les mères de nourrir leurs enfants de leur lait et de ne pas le remplacer par d’autres nutriments. Cet appel divin a devancé l’appel humain avant quatorze siècles : cet appel humains qu’on entend beaucoup aujourd’hui dans les États-Unis, de la part de l’organisation mondiale de la santé et de l’UNICEF, après leurs découvertes récentes sur les bienfaits énormes  du lait maternel.
2/ « deux ans complets » : une précision de la durée de 2 ans nécessaire d’allaitement naturel, exactement comme l’ont prouvé les recherches médicales. Et voyons le terme « complets » qui met l’accent sur la nécessité de terminer les 2 ans, exactement ce que déclarent les médecins du 21siecles qui confirment la nécessité de l’allaitement naturel durant les deux premières années complètes (24 mois).
3/ « qui veulent donner un allaitement complet », un signe formidable que l’allaitement n’est considéré complet qu’après ces 2ans. Et comme nous l’avons vu, la découverte que les 2 premières années sont les plus importantes de l’enfance durant lesquelles il y a développement du système immunitaire de l’enfant, d’où la nécessité d’effectuer l’allaitement pendant une durée minimale d’un an et le meilleur serait de l’effectuer durant les 2 premières années complètes. 
Gloire a Dieu qui nous a appris la durée exacte directement avant d’avoir besoin de toutes ces recherches et expériences.
Traduit par: Rihab GAma
Les références :
 [1] http://www.drgreene.com/21_552.html
[2] A.A.P. Breastfeeding Policy Statement: Breastfeeding and the Use of Human Milk Pediatrics Vol. 115 No. 2 February 2005
[3] Acheston, L, "Family violence and breastfeeding" Arch. Fam. Med. 1995, 4:650-652
[4] http://www.nrdc.org/breastmilk/benefits.asp
[5] Jernstorm, H et al "Breast-feeding and the risk of breast cancer in BRCA1 and BRCA2 mutation carriers." J Natl Cancer Inst. 2004;96:1094-1098
[6] DC.A. Lovelady et al "The effect of weight loss in overweight lactating women on the growth of their infants." New Eng Journal of Med, 2000; 342: 449-453
[7]http://aappolicy.aappublications.org/cgi/content/full/pediatrics;%20115/2/496
[8] http://www.4woman.gov/breastfeeding/index.cfm?page=227
[9] Leslie Burby, 101 reasons to breastfeed your child, www.promom.org, 2005. 
[10] http://www.askdrsears.com/html/2/T020200.asp
[11] Complementary feeding, Report of the global consultation, Geneva, 10-13 December 2001.
[12] Kathryn Dewey, GUIDING PRINCIPLES FOR COMPLEMENTARY FEEDING OF THE BREASTFED CHILD, Global Consultation on Complementary Feeding, December 10-13, 2001.
[13] "Rates and risks of ovarian cancer in subgroups of white women in the United States." Obstet Gynecol 1994 Nov; 84(5): 760-764
[14] Jack Newman,  How Breast Milk Protects Newborns, www.promom.org.
[15] GUIDING PRINCIPLES FOR COMPLEMENTARY FEEDING OF THE BREASTFED CHILD, WHO.
[16] http://en.wikipedia.org/wiki/Breastfeeding
Repost 0
21 octobre 2007 7 21 /10 /octobre /2007 20:05
 

A force d’observer la situation des femmes, je ne peux m’empêcher d’avoir quelques réflexions sur le rôle de l’homme dans l’éducation de la femme. Loin de moi, l’idée de prétendre être savante ou de donner des leçons ; je ne cherche qu’à conseiller mes sœurs et frères en islam afin de tenter de nous rapprocher auprès de notre Créateur.

 

 

(JPEG) Le droit à l’éducation est acquis, il ne s’agit pas ici de le démontrer. La question est plutôt de savoir comment la femme peut-elle acquérir une éducation et instruction. On focalise souvent sur l’instruction, celle que l’école fournit, plus ou moins bonne selon le pays, la ville où l’on vit. Un minimum de connaissances transmises par l’école est indispensable. Les études supérieures sont fortement encouragées, valorisées par toute la société. Mais c’est beaucoup moins le cas de l’éducation islamique. Pourtant bien connaître sa religion est essentiel pour pouvoir orienter correctement sa vie, ses actes. Nous ne devons pas oublier le but premier de notre vie et que nous aurons tous à rendre compte de nos actes auprès de notre Créateur. Les actes ne valent que par leur intention, si l’intention n’est pas bonne, l’acte perd de sa valeur. Par la suite, il sera question de cette éducation que peu de structure à elle seule peut donner. Elle s’acquiert par l’exemple donné autour de soi et la connaissance islamique transmise sous de multiples formes (lecture, leçons, conférences, cassettes, télévision, entourage).

Pendant sa jeunesse, la responsabilité revient tout naturellement aux parents et aussi à l’école pour l’instruction. Mais est-ce suffisant ? Il arrive que les parents soient dépassés, débordés par leurs occupations, n’aient pas la capacité ou encore absents. La responsabilité de l’éducation des enfants revient le plus souvent à la femme. Cependant si la femme elle-même n’a pas les bases suffisantes ou bien est débordée par le quotidien de la maison, elle ne peut assurer une éducation suffisante et se poser alors la question de savoir qui peut compléter ce rôle. Il se peut que la famille et l’entourage y participe. Jeune femme, elle peut compléter ses lacunes, approfondir ses connaissances par elle-même si elle est motivée et/ou encouragée par son entourage. Une fois mariée, les choses se compliquent. Il n’est plus question de s’occuper uniquement de soi-même mais aussi de son mari dans un premier temps puis des enfants par la suite.

Il faut admettre que souvent l’homme a du temps pour lui. L’image classique de l’homme qui rentre du travail, se détend, lit un journal ou un livre, va voir ses amis, accomplit ses prières tranquillement ou dans un autre registre se plante devant la télévision, n’est pas un mythe mais une réalité. En rendant obligatoire la prière à la mosquée, Dieu a accordé à l’homme un de Ses innombrables bienfaits. Les prières accomplies à la mosquée sont certainement réalisées avec plus de concentration que celles réalisées à la maison avec les jeunes enfants autour de soi, le téléphone qui sonne ou mille autres perturbations. Pourtant c’est le lot de nombreuses mères avec de jeunes enfants. La femme a donc sa part de lutte - récompensée à sa juste valeur par Le Très Haut - pour accomplir les actes d’adoration obligatoires.
On imagine que la femme au foyer a beaucoup de temps libre et n’a « rien à faire ». Avez-vous seulement pris une fois la place d’une femme qui s’occupe de ses enfants, son mari et sa maison ? Elle court toute la journée pour satisfaire les besoins de chacun des membres de la famille, sans toujours beaucoup de gratitude en retour. Il arrive souvent que la femme arrive à la fin de la journée épuisée tout en ayant l’impression de n’avoir rien fait de son temps. Certes une fois que les enfants grandissent, vont à l’école, les charges s’amenuisent. Le temps ainsi dégagé est-il employé à bon escient ? Pas toujours.
Quant à la femme qui travaille à l’extérieur, elle se trouve avec deux emplois à gérer, à l’extérieur et à la maison. Malgré la soit disante « libération de la femme », c’est toujours elle qui s’occupe de la plupart des tâches ménagères et des enfants. La fameuse égalité est toujours loin d’être une réalité que ce soit dans les salaires ou bien le partage des tâches.

Quelle est la part de responsabilité de l’homme dans l’éducation de la femme ?

L’homme, par le biais d’activités extérieures, peut compléter son éducation mais la femme a moins de possibilités du fait de ses responsabilités à la maison. Pourquoi en est-il responsable ? Tout simplement parce qu’il est responsable de toutes les personnes vivant sous son toit, il en est le gardien comme le dit le hadith suivant :

 

« Chacun d’entre vous est un berger et chacun de vous est responsable de son troupeau. Le Chef de la Communauté musulmane est un berger et il lui sera demandé compte de son troupeau ; l’homme est le berger des siens et il est responsable de son troupeau, la femme est une bergère dans la demeure de son mari et elle sera responsable de son troupeau ; le serviteur est un berger quant au bien de son maître et il est responsable de son troupeau. »
(Sahih Al Boukhari 11-11)

 

Certains discours de musulmans sont durs vis-à-vis de la femme, en l’accusant de beaucoup de maux si ce n’est tous. Il arrive parfois que le comportement des femmes ne soit pas des meilleurs dans les mosquées (bavardages, non respect de la ligne, etc.) ou en public (habillement peu pudique, démarche provocante, etc.). Mais comment se fait-il que ces mêmes hommes qui montrent du doigt ces défauts ne fassent rien pour les corriger ? Pourquoi n’enseignent-ils pas ce qui est convenable à leurs filles, sœurs et femme ? Pourquoi les laisser dans l’ignorance ? Combien d’entre eux prennent-ils le temps de leur expliquer calmement et avec sagesse ? Comment ?

L’homme peut y contribuer de plusieurs façons. Tout d’abord en diminuant ses exigences au quotidien afin d’alléger les charges de son épouse. Est-il vraiment nécessaire d’exiger un repas élaboré tous les jours ? Des repas plus simples, rapides peuvent nourrir tout aussi correctement si ce n’est plus sainement. Passer tous les jours des heures à cuisiner pour le plaisir du palais est certainement loin de la sunnah de notre Prophète saws, pour qui manger était une nécessité et non un plaisir. On peut joindre l’utile à l’agréable certes, mais pas au détriment de sa religion. Le temps passé à la cuisine ainsi économisé peut être investi dans la lecture ou l’apprentissage du Coran par exemple. Combien d’hommes délaissent leur ventre de temps en temps et encouragent leur épouse à lire ? Dans le même registre, on peut faire veiller à ce que les invitations ne soient pas trop fréquentes au point d’être quotidiennes ou presque, car ces dernières génèrent beaucoup de travail pour la femme (cuisine, service, vaisselle). Nombreuses sont celles qui se reconnaîtront dans ses situations. Une autre façon de décharger son épouse est la participation aux tâches ménagères. Si chaque membre de la famille y participe à la hauteur de ses capacités, adultes comme enfants, la femme gagnera ainsi plus de temps à consacrer à sa propre éducation islamique ainsi que celle de ses enfants. Certains diront que c’est le rôle de la femme de s’occuper de la cuisine, le linge, le ménage et qu’elle n’a que « ça » à faire la journée et que l’homme doit se reposer après sa journée de travail. Pourquoi la femme qu’elle soit au foyer ou qu’elle travaille à l’extérieur n’aurait pas aussi le droit au repos le soir ? Ce type de raisonnement machiste n’a aucune relation avec l’exemple du Prophète saws qui n’exigeait rien de ses épouses (au pluriel) et raccommodait lui-même ses vêtements, exemple à méditer et à suivre...

Ensuite, l’homme peut partager, transmettre ce qu’il apprend à l’extérieur. Par exemple, en rentrant de la prière du vendredi, le mari devrait toujours partager le prêche qu’il a écouté avec le reste de la famille, femme et enfants. Il peut ainsi instaurer des sessions du savoir. Ce prêche n’a pas été instauré exclusivement pour l’homme mais pour toute la communauté. Par le biais de chaque homme qui y assiste, c’est un moyen -en autres - de diffuser la connaissance et de renforcer la foi de chacun des membres de la communauté et ce, chaque semaine. Il arrive que le prêche concerne principalement les femmes, celles-ci étant peu présentes à la mosquée ne peuvent en bénéficier que par le biais de leur mari, frère, oncle ou fils à condition qu’ils prennent le temps de leur rapporter. La même chose peut être faite lorsque l’homme participe à une conférence à laquelle son épouse n’a pu assister.

L’homme doit encourager sa femme à étudier et apprendre sa religion et surtout lui en donner la possibilité. Comme nous l’avons vu précédemment, en diminuant ses exigences, en prenant le relais de temps en temps auprès des enfants, en participant aux tâches ménagères, l’homme peut libérer un peu l’emploi du temps de son épouse et l’encourager à consacrer ce temps gagné à s’instruire, lire, mémoriser le Coran, faire quelques actes d’adoration surérogatoires, assister à une leçon. Cette pause de la vie quotidienne permet à la femme de se ressourcer, revivifier sa foi pour pouvoir mieux affronter les difficultés au jour le jour.

En espérant que cette réflexion encouragea certains dans la voie du savoir incha Allah.

 

Leila R.


Repost 0
Published by Bouchra - dans Femina-famille
commenter cet article

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche