Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 20:52
Abu Nasr Mohammad Ibn al-Farakh al-Farabi

(870-950 ap.jc)


PRÉSENTATION

Abu Nasr Muhammad b. Tarkhan b. Awzalag al-Farabi est connu en Occident, au Moyen Âge, sous les noms d'Avennasar et d'Alfarabius. Bien que turc, il est le deuxième en date des grands philosophes hellénisants musulmans de langue arabe, après al-Kindi et avant Avicenne, qui lui doit beaucoup. Il fut appelé le "deuxième maître", Aristote étant le premier.

Abu Nasr Mohammad Ibn al-Farakh al-Farabi est né dans un petit village Farab proche de Turkistan en 259 A.H. (870 APR. J.C.). Ses parents étaient d'origine Persane originairement, mais ses ancêtres avaient émigré à Turkistan. Connu comme al-Phrarabius en Europe, Farabi était le fils d'un général a complété son éducation plus tôt à Farab et Bukhara mais, plus tard, il est allé à Bagdad pour des plus hautes études où il a étudié et a travaillé de 901 APR. J.C. à 942 APR. J.C. Pendant cette période il a acquis la connaissance approfondie de plusieurs langues aussi bien que plusieurs branches de connaissance et technologie. Il connaissait le règne de six Califes Abbassid. Philosophe, scientifique et expert dans les langues différentes; Farabi a voyagé en Egypte et revenait à Damas en 942 pour se fixer définitivement à Halab (Allepo) où il est devenu le Qadi (Juge) de la ville et un des compagnons constants du Souverain Hamdanide d'Alep Saif al-Daula. Pendant sa carrière, il avait souffert de grandes épreuves et à un moment donné il a travaillé comme gardien d'un jardin. Il est mort en célibataire à Damas en 339 APR.H. /950 APR. J.C. à l'âge de 80 ans. Farabi a contribué considérablement à la science, philosophie, logique, sociologie, médecine, mathématiques et musique . Ses contributions majeures paraissent être dans la philosophie, logique, sociologie et bien sûr comme un Encyclopediste. 

Al-Farabi, est un philosophe hellénisant du monde islamique, qui a tenté d'étayer la foi par la raison et il a affirmé le primat de la vérité philosophique sur la révélation. Pour lui, les vérités philosophiques sont universelles contrairement aux croyances des religions. Après avoir étudié la logique, aristotélicienne, la grammaire, les mathématiques, la musique et la philosophie, Al-Farabi s'est installé à la cour de Sayf al-Dawla qui héberge les savants et les hommes de lettres de cet époque. Il est l'un des premiers penseurs musulmans à commenter et transmettre au monde arabe les doctrines de Platon et aussi d'Aristote qui, selon lui, sont identiques (Synthèse des opinions des deux sages). Pour cette raison, al-Farabi sera surnommé le «deuxième maître». Son influence sera considérable sur des philosophes musulmans ultérieurs comme Avicenne, Avempace et Averroès. Une des contributions importantes de Farabi était de faire l'étude de la logique plus facile en la divisant en deux catégories: Takhayyul (idée) et Thubut (preuve).

ŒUVRES.

Al-Farabi a formulé l'idéal d'une religion universelle, dont toutes les autres religions existantes seraient l'expression symbolique. Il est l'auteur d'une centaine d'ouvrages, qui ont été perdus pour beaucoup d'entre eux, comme ses commentaires d'Aristote, d'autres ont subsisté seulement dans leur traduction en latin médiéval.
Dans la sociologie il a écrit plusieurs livres dont "Ara Ahl al-Madina al-Fadila" qui est devenu célèbre, il est une contribution tant considérable en sociologie et en sciences politiques.
Ses livres sur la psychologie et la métaphysique ont été basés sur son propre travail pour une grande part.
Outre ses écrits philosophiques, il a compilé un catalogue des sciences,qui est une première tentative musulmane de systématisation de la connaissance humaine,le livre "Kitab al-Ihsa al-Ulum" qui discute une classification des principes fondamentaux des sciences de façon unique et utile.
Il a aussi contribué à la théorie musicale dans son Grand Livre de la musique"kitab al musiqa"; Il était un grand expert dans l'art et surtout en musique et a inventé plusieurs instruments de musique, sans compter sa contribution à la connaissance de notes musicales.Il a été rapporté qu'il pourrait jouer si bien son instrument jusqu'à faire rire ou pleurer les gens à volonté.
Bien que beaucoup de ses livres ont été perdu, on a rescencé 117. 43 sont sur logic, 11 sur la métaphysique, 7 sur l'éthique, 7 sur les sciences politiques, 17 sur la musique, médecine et sociologie, alors que 11 sont des commentaires. Quelques-uns de ses livres plus célèbres incluent le livre "Fusus al-Hikam" qui est resté un livre du texte de philosophie pour plusieurs siècles dans plusieurs centres d'érudition en orient.
Dans les physiques, il a démontré l'existence du vide??.
Farabi a exercé la grande influence sur les science et les connaissance durant plusieurs siècles. Malheureusement, la Théologie du livre d'Aristote, comme elle était disponible en son temps, a été considéré par lui comme authentique, bien que plus tard il sest avéré être le travail de quelques écrivains Neoplatonistes. il a pavé le chemin pour le travail d'Ibn Sina.
Repost 0
9 juin 2007 6 09 /06 /juin /2007 20:03
Dr. Mouslim SHALTOUT




L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».
L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».
L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».
L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».
L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».
L'Islam a placé le savoir et les savants dans un rang éminent en incitant à chercher le savoir, d'autant plus que son miracle est un livre, le saint Coran dont l'un de ses versets dit : "lit au nom de Allah". En effet, nous sommes les pionniers des sciences car, à une certaine époque, nous avions guidé l'humanité sur les sentiers de la gloire et de la suprématie, et ce, grâce à une élite de savants arabes et musulmans. Ces derniers avaient porté le flambeau qui illuminait les ténèbres de l'ignorance, où sombrait l'Europe. Nous sommes, de ce fait, la nation dotée du plus riche patrimoine, grâce à la succession de plusieurs civilisations. A cette époque de gloire, la langue arabe était la langue universelle des sciences, la majorité des ouvrages scientifiques étaient écrits en langue arabe. A ce titre, la civilisation occidentale moderne est reconnaissante à la civilisation arabo-musulmane, dans son ère d'expansion, pour sa forte contribution au développement de la pensée occidentale. En effet, les européens se sont penchés au Moyen Age sur la traduction des ouvrages de la langue arabe vers les diverses langues européennes. Ils se sont également abreuvés des connaissances et du savoir des pôles prééminents de la civilisation arabo-musulmane au cours du Moyen Age, tels que l'Andalousie et Cécile, lors des Croisades et la conquête du Sud-est de l'Europe par les Ottomans. Aujourd'hui, il est de notre devoir de porter le même flambeau, et de continuer le chemin entamé par nos prédécesseurs arabes musulmans, dont nous sommes les descendants.
Certes, l'attaque occidentale actuelle contre la civilisation arabo-musulmane, et qui coïncide avec les violences sauvages de l'occident contre les peuples arabo-musulmans, faits qualifiés de guerre contre le terrorisme …  ne sont autres qu'une nouvelle guerre des Croisades. Pourvu qu'elle serve de leçon et morale aux arabes et musulmans que nous sommes. Nous devons relever le défi car le savoir est notre ultime issue pour retrouver la puissance et atteindre la gloire. Il est donc de notre intérêt de nous adapter aux tendances mondiales, peut être, serons nous capables de reprendre les devants, comme le faisaient nos ancêtres auparavant.
Par ailleurs, les spécialistes de l'histoire des sciences des arabes s'accordent que les trois premiers maîtres des sciences sont Aristote le grec, Al-Farabi le turc musulman, et Avicenne le persan musulman. Al-Farabi (870 – 950) est l'un des plus célèbres philosophes musulmans, il est un repère de la pensée humaine tant en Orient qu'en Occident. Aux années 50 du 20ème siècle, le monde a célébré le centenaire de sa disparition.
Quant à Avicenne (980 – 1036), il est le pionnier de la pensée humaine à l'époque de l'apogée de la civilisation scientifique musulmane, époque ayant connu le rayonnement d'Avicenne, d'Ibn Al-Haytham et d'Al-Biruni. Les savants occidentaux se sont mis à traduire les œuvres d'Avicenne en latin, qui furent traduites par la suite dans presque toutes les langues. Sa philosophie a considérablement inspiré les philosophes l'ayant succédé. En effet, l'italien Dante le positionne dans les rangs d'Hippocrate et de Galenus.
Alors que George Sarton a qualifié Ibn Al-Haytham (965 -1038) dans son ouvrage "Science ancienne et ville moderne" du plus illustre scientifique musulman qui s'est intéressé à l'optique. Ibn Al-Haytham, égyptien musulman, considérait que la qualité de base des bonnes mœurs, celle du savant vertueux, est de faire valoir la raison sur la passion. N'est ce pas un exemple à suivre, toujours valable bien qu'un millénaire qui nous sépare de son époque.
Abu Al-Rayhan Al Biruni (963 – 1048), musulman afghan, était doté d'une pensée unique, il est, selon l'orientaliste Skhaou, le plus illustre penseur scientifique et le plus émérite savant de tous les temps. Alors que l'orientaliste américain "Iriobob" affirme que tout répertoire énumérant les grands savants doit obligatoirement faire occuper à Al-Biruni un rang distingué.
En outre, et quant au philosophe arabo-andalous Averroès (Ibn Rochd) (1126 – 1198), "Rom Landau" dans son ouvrage "The Arab Heritage of Western Civilization", souligne à son propos :  « les philosophes occidentaux n'auraient pas pu atteindre leurs exploits actuels s'ils n'avaient pas pris comme point de départ les recherches d'Averroès en philosophie ».

Source: 55a.net
Repost 0
Published by Bouchra - dans Science
commenter cet article
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 21:56

40 ans après la guerre de Six jours, pas de fin de misère des Palestiniens en vue (Par Abdul-Wahab Kashef, IINA




Jérusalem, 21 J.Awwal/6 juin (IINA)-Il y a 40 ans, le 5 juin 1967, eu lieu la Guerre de Six jours suite à laquelle Israël sortit victorieux contre les Arabes et occupa les territoires palestiniens restants de la Cisjordanie et de la bande de Gaza, y compris la troisième ville la plus sainte de l'Islam, Jérusalem, ainsi que la péninsule de Sinaï et le Golan.
Le lendemain de la guerre continue à marquer la région, rendant les conditions de vie des Palestiniens plus malheureuses et cauchemardesques, sans compter l’effet sur la paix et la stabilité de la région du Moyen- orient entière. Inutile de dire que la guerre a laissé presque quatre millions de Palestiniens comme réfugiés, y compris 100.000 réfugiés qui habitent en Syrie. Le nombre de réfugiés palestiniens a grimpé de 711.000 en 1950 à plus de quatre millions recensés par l’ONU en 2002.
Il y a plusieurs raisons attribuées à la défaite des Arabes dans la guerre de Six jours. Elles incluent le manque de l'état de préparation militaire, la fausse prétention au sujet du niveau de la conduite arabe, les faux calculs politiques, le manque de rapports d'intelligence au sujet des vraies capacités et de la force militaire d'Israël, en plus des divisions entre les dirigeants arabes. Les victimes les plus touchées par la guerre sont les civils palestiniens vivant dans les territoires occupés ainsi que ceux qui souffrent dans des camps de réfugié dans les pays voisins.
A l'occasion du 40ème anniversaire de la guerre de Six jours, un rapport rendu public par Amnesty International basé à Londres, traite en détail la misère et la souffrance dont les Palestiniens souffrent sous l’occupation. Amnesty International a sérieusement critiqué Israël l'accusant d’avoir plongé les Palestiniens dans un niveau de pauvreté et de désespoir sans précédent ainsi que de violation des lois internationales par sa saisie des terres palestiniennes, le blocus et le mur de séparation. Les dures restrictions israéliennes ont causé l'effondrement virtuel de l'économie palestinienne et aggravé les conditions de plus en plus fragiles dans lesquelles les Palestiniens vivent et travaillent, a dit dans un rapport, Malcom Smart, directeur du programme Moyen-Orient et Afrique du Nord d’Amnesty International.
Le rapport "Supporter l’Occupation: Les Palestiniens assiégés en Cisjordanie", dit que les pratiques israéliennes ont eu comme conséquence les niveaux sans précédent du désespoir, de pauvreté et d'insécurité alimentaire dans les territoires occupés. "La plupart des Palestiniens comptent maintenant sur l'aide pour la subsistance, avec des familles réduisant la qualité et la quantité de la nourriture qu’elles consomment et vendant leurs biens essentiels pour survivre". La semaine dernière, l'Organisation internationale du travail (OIT) a dit que la pauvreté a nettement augmenté dans les territoires palestiniens l’année dernière à cause des restrictions et des fermetures imposées par Israël.
Un récent rapport de la Banque mondiale indique que les restrictions ont transformé la Cisjordanie en enclaves économiquement isolées, empêchant à l'économie à la croissance déjà lente d'avancer et aux Palestiniens d’accéder à la moitié de leurs terres. Israël célèbre le 40ème 'anniversaire de la guerre de Six jours en 1967 qui a vu l’occupation de la bande de Gaza (alors sous contrôle de l’Egypte) et de la Cisjordanie (alors sous le contrôle de la Jordanie.
Amnesty International a indiqué que les Palestiniens sont exposés à plus de 500 postes de contrôle et blocus et ne peuvent emprunter certaines routes réservées uniquement aux colons juifs. " Les Palestiniens vivant en Cisjordanie sont bloqués à chaque coin", a dit Smart. "Ce n'est pas simplement un dérangement. Ca peut être une question de vie ou de mort. Il est inacceptable que des femmes en travail, les enfants malades ou les victimes des accidents soient obligés à faire un long détour pour atteindre un hôpital, avec un retard pouvant leur coûter le vie" a-t-il ajouté.
Pour beaucoup de femmes palestiniennes de Cisjordanie, la grossesse est devenue une expérience cauchemardesque comme elles sont habituellement bloquées au niveau des postes de contrôle israéliens quand il s’agit d’aller à l’hôpital ou à la maternité. Beaucoup finissent par accoucher sans médecin ou équipement stérilisé, souvent sous les regards des soldats israéliens aux postes de contrôle. Selon les estimations de l'ONU, un total de 36 bébés palestiniens sont morts parce que leurs mères étaient détenues pendant le travail aux postes de contrôle israéliens. Il y a 270.000 colons israéliens qui vivent en Cisjordanie parmi environ 2,5 millions de Palestiniens.
Amnesty International a indiqué que la barrière israélienne cause la mort et aggrave la douleur des Palestiniens. L’organisme de défense des droits de l’Homme a affirmé que le mur de séparation que construit Israël en Cisjordanie occupée cause la mort et aggrave la douleur des Palestiniens.
Amnesty International a dit que les actions d’Israël ont eu comme conséquence des abus répandus des droits de l'homme et n'ont pas apporté la sécurité aux populations civiles israéliennes et palestiniennes. L’organisme a invité Israël à lever les blocus et les autres restrictions imposés aux Palestiniens. Israël doit s’assurer que ses actions ciblent les menaces spécifiques de sécurité plutôt que de punir les communautés entières. Amnesty International a invité Israël à cesser la construction et l'expansion des colonies comme première étape vers leur enlèvement. Elle a également demandé d’annuler tous les ordres de démolition des maisons palestiniennes et de dédommager les Palestiniens dont les maisons et les propriétés ont été détruites.
Amnesty International a demandé une action internationale pour arrêter la punition collective des Palestiniens par les Israéliens. 

Source: islamicnews.org.sa

Repost 0
7 juin 2007 4 07 /06 /juin /2007 21:53

Le courage est une vertu tellement relative.  Certaines personnes n'hésiteront pas à sauver un enfant des flammes alors qu'elles ne trouveront pas la force d'aller chez le dentiste !

Repost 0
4 juin 2007 1 04 /06 /juin /2007 21:43

 

 

Introduction

        Le mariage est une loi qu'Allah a établi dans la création et la formation des mondes. Cette loi est générale et continuelle qu'aucun humain, animal ou végétal ne peut en échapper : Allah le Très Haut a dit :

Et de chaque chose nous avons crée un couple, peut-être vous rappelleriez-vous }
[ Sourate 51 - Qui éparpillent - Ad-Dariyat - Verset 49 ].

Il a dit également :

{ Gloire à celui qui a crée, parmi ce que la terre fait pousser, ainsi que parmi eux-mêmes et aussi parmi ce qu'ils ne savent pas, des couples de toutes sortes }  [ Sourate 36 - Yasin - Verset 36 ].

     Le mariage est la façon qu'Allah a choisi pour la reproduction, la multiplication et la continuité de la vie après qu'il ait arrangé et préparé chacun de manière à ce qu'il joue un rôle positif pour atteindre cet objectif.

Allah dit :

 { Ô, les gens ! nous vous avons crées d'un mâle et d'une femelle }  
 [ Sourate 49 - Les appartements - Al-Hujurat - Verset 13 ].

{ Ô, les gens! craignez votre seigneur qui vous a crée d'une personne unique et d'elle son épouse
et qui, des deux a fait foisonner beaucoup d'hommes ainsi que de femmes }
 
[ Sourate 4 - Les Femmes - An-Nisa' - Verset 1 ].

 

        Allah n'a pas voulu que l'homme soit comme les autres créatures, c'est-à-dire laisser ses instincts agir inconsciemment et laisser la relation entre mâle et femelle dans un désordre et sans norme. II a posé le régime convenable qui garantie la souveraineté de l'homme, protège son honneur et préserve sa dignité en faisant du rapport entre l'homme et la femme un rapport précieux basé sur le consentement de cette dernière, sur l'offre et l'acceptation comme deux aspects de ce consentement et sur un témoignage qui annonce que chacun des deux est devenu pour l'autre.

Ainsi Allah a placé l'instinct sur son chemin sauf, protégé la progéniture de la perte et préservé la femme de devenir un champ commun à n'importe qui.  II a précisé également le noyau de la famille que l'instinct de la maternité et l'affection de la paternité entourent de prévenances.

Les fruits de cette famille viennent alors bons et respectueux. C'est le régime qu'Allah a choisi et que l'Islam a réservé en annulant tout autre régime.

 

Genres de mariages annulés par l'Islam 

 

Parmi ces genres il y a :

1 - Le concubinage ( la prise d'un amant ) : On disait avant l'Islam qu'il n'y a pas de mal dans ce qui est caché, mais il y a une bassesse dans ce qui est apparent. C'est ce genre de mariage qui est mentionné dans le verset suivant: { Ni de preneuse d'amants } [ Sourate 4 - La Femme - Verset 25 ].

2 - L'échange de la femme : l'homme disait à un autre: " Donne-moi ta femme, je te donnerais la mienne avec de l'argent en plus".

Darqutny a rapporté cette définition d'après Abu Hurayra selon une chaîne très faible. Aïcha a mentionné d'autres genres de mariage. Elle a dit :  " Le mariage se faisait avant l'Islam de 4 manières :

- Le mariage actuel : L'homme demandait la main d'une fille ou d'une pupille d'un autre, il lui paye une dot puis se marie avec elle.

- Le mariage d'association « Istibdâ' » : Ce mariage se faisait de la façon suivante: L'homme demandait à sa femme une fois purifiée de ses menstrues d'aller faire le coït avec un autre qu'il précise et s'abstient d'elle jusqu'à ce qu'elle soit porte un enfant. II ne la fréquente de nouveau avant l'affirmation de la grossesse. Le but de ce mariage était d'avoir un enfant noble et intelligent.

- Un troisième genre de mariage se faisait de la façon suivante : Un groupe d'hommes (moins de 10) se réunissaient et faisaient le coït en même temps avec la même femme. Quand elle concevait et accouchait, elle attendait quelques nuits puis envoyait les chercher. Aucun ne pouvait refuser. Une fois réunis, elle leur disait: "Vous connaissez ce que vous avez fait, et maintenant j'ai accouché, cet enfant est ton fils ô tel" et elle nommait celui qu'elle aimait que son enfant ait comme père. L'homme ne pouvait refuser.

- Un quatrième mariage qui se faisait de la façon suivante: Une femme se donne à tout le monde : "La prostituée". Ce genre de femme dressait des drapeaux à la porte qui signifient que n'importe qui peut lui faire le coït. Quand une femme de ce genre concevait et accouchait on cherchait un physionomiste qui indiquait un homme. Ce dernier ne pouvait pas désavouer sa paternité.

Lorsque Muhammad fût envoyé, il a annulé tous les genres de mariage connus avant l'Islam et n'a conservé que le genre du mariage actuel. Ce régime gardé par l'Islam ne se réalise que par la légalité de tous ses éléments : l’offre, l’acceptation et le témoignage .  Ainsi se conclue le contrat de mariage qui permet la légalité de jouissance entre les deux époux qu'Allah  a légiféré.   Ce mariage détermine les droits et les devoirs des deux époux. 

(A  Suivre Inch Allah)

Repost 0
Published by Bouchra - dans Femina-famille
commenter cet article
3 juin 2007 7 03 /06 /juin /2007 15:29

 
Première Porte vers la Foi

Selon Abou Houreyra  le Prophète a dit :  

" Par Celui qui tient mon âme dans Sa main, vous n'entrerez au Paradis que lorsque vous croirez, et vous ne croirez vraiment, que lorsque vous vous aimerez "  [ Hadith rapporté par muslim ]

 

La douceur de la Foi

Selon Anas  le Prophète a dit :  

"Trois caractéristiques, celui qui les possède, découvre grâce a elle la douceur de  la foi :
Qu'Allah et son messager lui soient plus chers que tout le reste
Quand il aime quelqu'un, il l'aime en Allah
Qu'il lui répugne de retourner à la mécréance, après qu'Allah l'en ait sauvé, comme il lui répugne de se voir jeté au feu
 
[ Hadith unanimement reconnue authentique ]

 

L'amour d'Allah

Selon Abou Houreyra Un homme alla rendre visite a un ami; Allah lui posta en chemin un ange qui lui dit :

"Où vas tu ?" - " je vais rendre visite à untel, mon frère" dit-il "Pour lui demander un service ?" - "non" répondit l'homme - "Est ce qu'un lien de parenté vous unis" -  "non"  - "Vas tu le voir pour un bienfait rendu ?" - "non" - "Pourquoi alors vas tu le voir ?"  - "parce que je l'aime en Allah" dit-il - "Apprends alors"  dit l'ange "qu'Allah m'a envoyé, pour te dire qu’Allah t'aime comme tu as aimé ton frère pour LUI".
[ Hadith rapporté par Muslim ]

C'est ainsi que le Prophète disait selon Abou Houreyra :

" Quand Allah Le Très Haut aime quelqu'un, l'Ange Gabriel   (sur lui la paix)  lance cet appel :
" Allah le Très Haut aime untel, aimez le donc ! "
Ainsi il devient aimé des habitants du ciel et on le rend sympathique aux habitants de la terre.

 [ Hadith unanimement reconnu authentique ]

 

Les bienfaits de l'amour en Allah dans l'au-delà

 

Sous l'Ombre d'Allah

Selon Abou Houreyra  le Prophète a dit :  

" Allah   le Très Haut dira au jour de la résurrection : " Où sont  ceux qui se sont aimés en Mon Nom glorieux ? Aujourd'hui Je les ombrage de Mon Ombre le jour où il n'y a d'autre ombre que la Mienne"  [Rapporté par  Muslim ]

 

Des chaires de lumière

Mou'adh  a dit :  

"J'ai entendu le Messager d'Allah dire : " Allah honoré et Glorifié a dit " Ceux qui s'aiment en Mon Nom Glorieux auront des chaires de lumière que leur envieront les prophètes et les martyrs"
 [ Rapporté par At-tirmidhi ]

Repost 0
Published by Bouchra - dans hadiths
commenter cet article
30 mai 2007 3 30 /05 /mai /2007 20:56
question:

Un étudiant inscrit dans une université d’un pays mécréant triche dans certains examens et passa en deuxième année sans se douter de la légalité de son acte malgré cette parole du Messager (bénédiction et salut soient sur lui) « Celui qui nous trompe n’est pas des nôtres …» Le pronom « nous » ne renvoie t-il pas exclusivement aux musulmans ? J’espère que vous m’expliquerez ce qu’il en est…

Reponse:

Louanges à Allah

Il n’est pas permis de tricher dans les examens en raison de la portée générale des arguments en faveur de l’interdiction de la tricherie dans les achats et ventes, dans les conseils donnés, dans les traités et conventions, dans les dépôts comme dans les examens organisés par les écoles et instituts etc. . Car le Prophète (bénédiction et salut soient sur lui) a dit : « Celui qui nous trompe n’est pas des nôtres «…» (rapporté par Mouslim, 101) Le même Mouslim rapporte encore (n° 102) d’après Abou Hourayra (P.A.a) que le Messager d’Allah (bénédiction et salut soient sur lui ) a dit : « Celui qui trompe (les gens) n’est pas des miens » .Cette expression indique l’interdiction absolue de la tricherie aussi bien dans les relations inter musulmanes que dans les relations avec les non musulmans.

En outre, tricher dans les examens entraîne un certain nombre de conséquences et des péchés comme les suivants :

1 / Obtention d’un diplôme non mérité.

2/ Se nourrir d’un argent faussement acquis, si l’on travaille grâce au diplôme obtenu.

3/ Détérioration des services et des activités administratives et la dévalorisation des spécialisations à cause de la présence de faux spécialistes.

4/ Introduction de la corruption dont l’auteur est maudit, car le tricheur donne de l’argent à celui qui lui facilite la tricherie.

Ceux qui trichent en pays mécréant rentrent dans les pays musulmans avec leurs (faux) diplômes et peuvent occuper de hautes fonctions et constituent une épreuve pour les musulmans qu’ils trompent.

En somme, la tricherie est absolument interdite car c’est un mal, une épreuve et une source de dégâts, peu importe qu’elle soit pratiquée en pays musulmans ou en pays mécréants. Celui qui a eu le malheur de la pratiquer doit se repentir devant Allah Très Haut et ne jamais récidiver.

Allah le sait mieux.



Islam Q&A
Repost 0
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 14:41
je precise tout est en anglais mais hamdoulillah comme c tout en image on se passe tres facilement du vocabulaire .


Source: http://www.hijabs-r-us.com/en-us/pg_10.html










Repost 0
Published by Bouchra - dans Femina-famille
commenter cet article
27 mai 2007 7 27 /05 /mai /2007 14:14
Ibn Qayyim al-Djawziyyah (Rahimahoullah) a dit :

il y a dix choses qui sont perdues et inutiles :

1) Un savoir ['ilm] qui n'est pas mis en application [à travers les oeuvres].


2) Une oeuvre sans sincérité et sans exemple à suivre.

3) Un argent [biens] que l'on ne dépense pas [en aumône], c'est-à-dire, il n'est utilisé ni pour faire jouir son amasseur dans ce bas-monde [al-dounya], ni pour l'offrir en vue d'une récompense dans l'au-delà [al-âkhira].

4) Un coeur dépourvu d'amour pour Allâh, du désir ardent de Le rencontrer et d'établir la familiarité avec Lui.


5) Un corps qui ne sert pas à obéir à Allâh et à Le servir.

6) Un amour qui ne s'engage plus à satisfaire au Bien-Aimée et à obéir à Ses ordres.

7) Un temps libre qui n'est pas utilisé pour profiter d'un bien [argent] sur le point d'être gaspillé ou pour gagner une bonne action.

8) Une pensée qui se pose sur des choses inutiles.


9) Un service rendu à celui qui, en échange d'être servi, ne t'approche pas d'Allâh et ne t'aide pas à améliorer ta vie présente.

10) Ta crainte et ton espoir dépendant de celui dont le pouvoir est dans la Main d'Allâh, qui le prend sous Sa Puissance et qui, par conséquent, n'a pour soi-même, ni malfaisance ni bénéfice, ni il se donne la mort, ni il se fait vivre, ni il se fait ressusciter.


Par ailleurs, les plus graves d'entre ces pertes qui sont à l'origine de toutes les autres pertes, c'est la perte du COEUR [al-qalb] et celle du temp.
La perte du coeur provient de la préférence de ce bas-monde à l'au-delà, et la perte du temps provient du prolongement de l'espoir.
Alors, toute la corruption consiste dans l'attachement aux passions et au prolongement de l'espoir, tandis que tout ce qui est conforme, consiste dans le fait de suivre le droit chemin [itibâ' al-huda], et le fait de se préparer au dernier rendez-vous [avec Allâh].
Et c'est à Allâh Seul que l'on implore le secours.


On s'étonne de celui qui, une fois devenu besogneux, suit son désir et ses préoccupations, au lieu de demander à Allâh de lui satisfaire ses besoins, de sauver son coeur de la mort, de l'ignorance et de la répugnance, et de le guérir [de la maladie] des plaisirs sensuels et des doutes.
Mais toutefois, si le coeur meurt, il cessera de comprendre son péché [dans la désobéissance].




Kitâb al-Fawâ-id d'Ibn Qayyim,
Repost 0
Published by Bouchra - dans Sagesses a Mediter
commenter cet article
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 17:59
Ibrahim : Abraham
Ikhlas : sincérité
Ilian : grand spirituellement
Ishak : Issac
Islem : soumission à Dieu
Ismaïl : Dieu a entendu (Fils d'Abraham et de Hadjar)
Ismet : protection


 

Jabar - Jaber : réconfortant
Jahid : qui s'efforce
Jawed : généreux
Joudi : bon
Jounaidi : combattant
 


Kamel : parfait
Khaled : éternel
Khalil : compagnon
Kheireddine : le bien de la religion


Labib : a du bon sens
Lakhdar : de bonne naissance
Lamine : Voir "Amine"
Larbi : l'arabe
Lotfi : doux
Lounès : compagnon


 

Maamar : prospère
Maarouf : bonne conduite
Madani : raffiné
Mahboub : le bien aimé
Mahfoud : protégé
Mahmoud : méritant
Makhloufi : mon remplaçant
Malek : ange
Marouane - Marwan : généreux
Mehdi : le guide 
Messaoud - Massoud : le chanceux
Mohamed : Prophète de l'Islam
Mokhtar : le choisi
Moncef : juste, équitable
Mounir : brillant
Mourad : voulu, désiré
Moussa : Moïse
Mustapha : élu par Dieu

 

Nabil : noble
Nacer - Nasser : triomphateur
Nacer-Eddine : Victoire religieuse
Nadim : ami
Nadir : brillant
Nadji : sauvé
Nadjib : studieux
Nahil : (Naahil = assoiffé - Nahiil = désaltéré)
Naïm : les plaisirs du ciel
Nassim : zéphir
Nazim : méthodique
Nazir : rare
Nouh : Noé
Nourredine : lumière de la religion

Omar : longue vie
Osmane : jeune dragon
Othmane : serpent
Oussama : lionceau

 

Rabah : profit, prospérité.
Rachid : raisonnable et sensé
Rafik : ami et compagnon de route
Rahal : Nomade
Raïd : guide
Rami : Tireur, archer habile
Ramzi : vivant symbole
Raouf : bon
Rayan : vigoureux
Razi : le conquérant
Réda : satisfaction
Redouane : satisfaction
Riad : paisible
Rochdi : droiture 
 

Saadi - Said : heureux
Sabri : patient 
Salah : Droit - Loyal
Salih : prophète arabe :intègre, vertueux
Salim : sain
Sami - Samy : noble
Samir : homme de compagnie
Sayed : maître
Seddik : sincère
Sofiane : pur

Soulaymane : Salomon
 


Tahar : vertueux
Tarek : voyageur conquérant
Tarik : étoile du matin
Tayeb : généreux
Toufik : montre la bonne voie
 

Wahid : l'unique
Walid : le fils
Wassim : a de beaux traits
 


Yacine : sourate du Coran
Yacoub : Jacob
Yamine : fortuné

Yanis : courtois, sociable
Yazid : supérieur
Youcef : Joseph
Younes : Jonas

 

 

Zahi : vif, gai
Zahid : qui est détaché de ce monde
Zahir : protecteur
Zaïm : Chef, prince
Zakaria : père de Saint Jean-Baptiste
Zaki : pur, vertueux
Ziad : fécond
Zine-Eddine : la beauté de la religion
Zoubir : fort
Zoheir : éclat
Zyad : généreux

Repost 0

Présentation

  • : L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • L'Islam n'est pas le chemin que l'on parcourt avec ses pieds mais avec son Coeur
  • : Dans Anwaroul-Islam vous entez, sur l'ocean de l'Amour et la Fraternité vous navigurez,les rappels et la science d'Allah vous rencontrerez .......
  • Contact

Recherche